Ancien cadre d'Auchan, novice en politique... On vous présente Laurent Pietraszewski, le "monsieur retraites" qui succède à Jean-Paul Delevoye

Le député du Nord a été l'un des premiers à rejoindre Emmanuel Macron en 2016, alors qu'il n'avait jamais fait de politique avant.

Laurent Pietraszewski à l\'Assemblée nationale le 29 janvier 2019.
Laurent Pietraszewski à l'Assemblée nationale le 29 janvier 2019. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Un nouveau capitaine en pleine tempête. Le gouvernement a désigné mercredi 18 décembre celui qui doit remplacer Jean-Paul Delevoye à la barre de la très contestée réforme des retraites. C'est Laurent Pietraszewski, député LREM du Nord, qui a été choisi et son profil contraste nettement avec celui de son prédécesseur. Là où Jean-Paul Delevoye incarnait quarante ans de politique et les fonctions les plus prestigieuses de la République, Laurent Pietraszewski, 53 ans, est un nouveau venu, issu de la société civile, qui n'avait jamais été élu.

>> Prévisions, trafic, réactions... Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

C'est un novice en politique

"J'ai rejoint En marche ! le 6 avril 2016, le jour de l'ouverture de la plateforme", expliquait à l'AFP Laurent Pietraszewski en 2017. Le nouveau "Monsieur Retraites" du gouvernement n'avait, avant de rejoindre le parti d'Emmanuel Macron, jamais été encarté dans un parti politique. "Il fut l'un des premiers dans le département [du Nord] à rejoindre le mouvement, dès le printemps 2016", raconte Christophe Itier, figure de la macronie dans les Hauts-de-France, au Monde. Né en région parisienne, mais ayant grandi dans le Nord, c'est là que Laurent Pietraszewski a débuté son parcours politique. Il en a été élu député dans la 11e circonscription du département en juin 2017, très largement avec 67,17% des voix, face à la candidate du Front national.

C'est un ancien cadre d'Auchan

Avant la politique, Laurent Pietraszewski avait uniquement travaillé dans le privé. Il est resté dix-sept ans au sein du groupe Auchan, dont sept au service des ressources humaines. Il était spécialisé dans la gestion de carrière et le recrutement. Son collègue Christophe Itier loue d'ailleurs dans Le Monde le "profil managérial" de celui qui est parvenu à fédérer les comités En marche ! dans le secteur d'Armentières, en "rassemblant des talents de droite et de gauche".

Le Monde rappelle par ailleurs un incident survenu en 2002. Alors qu'il était responsable des ressources humaines dans le magasin Auchan de Béthune, une employée du rayon boulangerie, qui était aussi déléguée CFDT, a été mise à pied à titre conservatoire à cause d'une erreur de commande sur deux viennoiseries. La salariée en question aurait été convoquée au commissariat et placée en garde à vue. Une  "discrimination syndicale" que Guy Laplatine, délégué syndicat central de la CFDT, relativise comme étant une "erreur de jeunesse" dans Le Monde.

C'est un spécialiste des questions sociales

C'est lorsque Laurent Pietraszewski défend les lois Travail à l'Assemblée, dont il est alors l'un des rapporteurs, qu'il attire l'attention de l'exécutif. Il s'illustre notamment lors des débats en commission et en séance publique. "C’est une réforme qui cherche à renforcer le dialogue social, je me sentais très concerné. J’ai donc postulé pour devenir membre de la commission des affaires sociales puis pour être rapporteur du texte", explique-t-il au Monde.

Depuis septembre 2019, il est également porte-parole du groupe La République en marche à l'Assemblée. En août dernier, il était décrit comme "celui qui connaît le mieux le sujet" des retraites, par un membre de la commission des affaires sociales cité par Le Figaro. Intronisé membre du Conseil d’orientation des retraites dès son élection, il était destiné, en tant que député, à être le rapporteur du projet de réforme lors de son examen au Parlement prévu en février. Il participera au Conseil des ministres mercredi matin, a indiqué l'Elysée.

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Vidéo. En 1986, une grève de la SNCF paralysait le secteur ferroviaire pendant les fêtes de fin d'année

 Polémique. On vous explique la controverse autour de BlackRock, ce fonds d'investissement soupçonné de vouloir imposer la retraite par capitalisation en France

 Témoignages. "Je joue mon semestre sur des devoirs à la maison" : comment la grève dans les transports chamboule aussi la vie des étudiants

• Et aussi. Grève contre la réforme des retraites : vis ma vie de voyageur en galère dans les transports ou sur les routes (en gifs)