Réforme des retraites : les partenaires sociaux quittent Matignon sans la moindre annonce d'Edouard Philippe

"Je remercie les partenaires sociaux pour nos discussions aujourd’hui, a écrit le Premier ministre. Nous nous retrouverons à nouveau demain pour une réunion multilatérale."

Laurent Berger (CFDT) quitte Matignon, à Paris, le 18 décembre 2019.
Laurent Berger (CFDT) quitte Matignon, à Paris, le 18 décembre 2019. (JACQUES WITT/SIPA)
Ce qu'il faut savoir

Des heures de discussions mais aucune avancée notable dans le dossier des retraites. Au lendemain d'une importante journée de manifestations dans toute la France, le Premier ministre a reçu les syndicats et le patronat, mercredi 18 décembre, à Matignon. "Je remercie les partenaires sociaux pour nos discussions, a tweeté Edouard Philippe, en fin de soirée, à l'issue des échanges, sans faire d'annonce. Nous nous retrouverons à nouveau demain pour une réunion multilatérale." 

>> Ce direct est désormais terminé.

Des syndicats sceptiques. A l'issue de sa rencontre avec Edouard Philippe, Laurent Berger (CFDT) a salué "une volonté d'ouverture" de l'exécutif mais a acté son "désaccord" avec Matignon sur la question de l'âge pivot. Avant lui, Philippe Martinez (CGT) a appelé le Premier ministre à ne "pas traîner" avant de faire des annonces. Dans la soirée, Yves Veyrier (FO) a déploré l'absence "d'évolutions majeures".

Emmanuel Macron "disposé à améliorer" le projet de réforme des retraites. Selon l'Elysée, le président envisage notamment "une amélioration possible autour de l'âge pivot", auquel s'oppose la CFDT. L'Elysée a également fait savoir qu'Emmanuel Macron "a demandé au gouvernement d'être disponible pendant les fêtes pour poursuivre les discussions avec les partenaires sociaux si besoin. L'objectif étant d'obtenir une pause du mouvement social pendant les fêtes".

Mobilisation à la SNCF. Dans la matinée, le taux de grévistes à la SNCF atteignait 13,6%. Parmi eux, 65,6% des conducteurs, 43,8% des contrôleurs et 22,7% des aiguilleurs étaient en grève. 

Un nouveau "monsieur Retraites". Il y avait un petit nouveau autour de la table du Conseil des ministres : le député LREM du Nord Laurent Pietraszewski, qui a été nommé secrétaire d'Etat en charge des Retraites. Cette nomination est intervenue deux jours après la démission du haut-commissaire chargé du dossier, Jean-Paul Delevoye, rattrapé par une semaine de révélations sur ses activités parallèles et mandats non déclarés.

"Tu maîtrises ce sujet extrêmement complexe." Lors de la passation de pouvoir, mercredi matin, Jean-Paul Delevoye a remercié ses équipes, le gouvernement, les partenaires sociaux, ainsi que les citoyens qui ont participé à la concertation. En revanche, pas un mot sur ses fameux mandats parallèles qui ont provoqué sa démission. Sur son successeur, il a expliqué que Laurent Pietraszewski faisait partie des "ambassadeurs" de la réforme au sein des députés.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GREVE

00h10 : Voici un rappel des principaux titres de l'actualité :

Edouard Philippe a reçu mercredi tous les leaders syndicaux et patronaux séparément, avant une réunion "multilatérale" ce jeudi. "On est très très loin d'être d'accord", a affirmé à sa sortie le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, opposé à la mise en place d'un âge pivot. Le Premier ministre, lui, n'a fait aucune déclaration publique.

Du mieux sur le front des transports. Le trafic restera très perturbé ce jeudi à la SNCF et à la RATP, mais avec davantage de trains qui circulent. Retrouvez les prévisions de trafic dans cet article. La SNCF a par ailleurs annoncé la suspension de son service d'accompagnement d'enfants voyageant seuls du 20 au 24 décembre inclus

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a décidé de saisir la justice à propos des "omissions" de Jean-Paul Delevoye sur sa déclaration d'intérêts initiale. L'ex-haut commissaire aux Retraites, interrogé par franceinfo, y voit une occasion de "prouver sa bonne foi".

Après trois mois d'enquête sur l'affaire ukrainienne, les démocrates, maîtres de la Chambre des représentants, devraient approuver la mise en accusation de Donald Trump. Voici ce qu'il faut savoir de ce vote qui devrait conduire le président américain à un procès devant le Sénat.

La fin d'une époque à Levallois-Perret. Les époux Balkany renoncent à conduire une liste pour les élections municipales. Actuellement jugés en appel pour fraude fiscale, ils apportent leur soutien à une liste conduite par l'ancienne directrice de cabinet du maire, Agnès Pottier-Dumas, et l'adjoint à la Jeunesse, David-Xavier Weiss.

23h41 : En plein débat sur la réforme des retraites, Jean-Luc Mélenchon a livré ses propositions alternatives lors d'un meeting ce mercredi soir à Paris. Au programme : un âge légal de départ à 60 ans, 40 annuités de cotisations et des pensions "pas inférieure au Smic". Sa solution pour financer le système : "On va augmenter les cotisations, et augmenter les salaires plus que les cotisations, et vous ne sentirez rien passer."

23h33 : Sur la période du 2 au 15 décembre, soit la période couvrant le début de la grève, les accidents de la circulation sont en hausse de 21% par rapport au mois de novembre à Paris et dans la petite couronne, selon des chiffres de la préfecture de police transmis à franceinfo. Des chiffres qui mettent également en évidence une augmentation du nombre de blessés, notamment chez les cyclistes.

23h20 : Les salles de spectacle parisiennes sont touchées de plein fouet par la grève des transports. "Le tableau n'est pas loin d'être apocalyptique", regrette Bertrand Thamin, président du Syndicat national du théâtre privé (SNDTP), et directeur du Théâtre du Montparnasse. Retrouvez ici son interview à franceinfo. Les organisations professionnelles alertent le gouvernement et demandent des mesures d'urgence comme un report de charges.

22h59 : Edouard Philippe en a fini avec son marathon de neuf entretiens avec les responsables patronaux et syndicaux. A l'issue de ces rencontres à Matignon, le Premier ministre n'a pas fait de déclaration, mais remercie les partenaires sociaux dans un tweet avant la réunion, multilatérale cette fois-ci, prévue ce jeudi.

22h11 : "Mon train a été supprimé, je dois échanger mon billet, mais j'ai tenté hier soir sur internet et ça ne marche pas." De nombreux voyageurs ont dû faire face à cette situation ces derniers jours. Notre journaliste Benjamin Illy s'est rendu dans la boutique SNCF de la gare Montparnasse, prise d'assaut par des personnes essayant de partir à temps pour les fêtes.

21h39 : "On ne voit pas d'évolutions majeures", réagit le secrétaire général de Force ouvrière après son entretien avec Edouard Philippe. Yves Veyrier s'exprime actuellement sur le perron de Matignon.

21h27 : Pour information, en temps normal, la durée quotidienne de conduite effective dans le transport routier de personnes ne peut excéder neuf heures pour les conducteurs de véhicules de plus de 3,5 tonnes. Exceptionnellement, elle peut être portée à 10 heures deux fois maximum par semaine.

21h26 : En effet, @anonyme, les chauffeurs d'autocars pourront "temporairement" rouler plus longtemps jusqu'au 24 décembre inclus, afin de contourner les perturbations liées à la grève dans les transports. La durée maximale de conduite des chauffeurs de transport routier de voyageurs sera allongée dans la limite de deux heures par jour et dans celle de six heures par semaine, précise un arrêté publié au Journal officiel. Cette mesure ne concerne pas les bus scolaires, les transports en commun urbains, ou encore les transports sanitaires.

21h25 : Les chauffeurs de ouibus autorisés à rouler 12 heures d'affilée... vrai ou faux ?

21h20 : Bonsoir @Stéphane. Nous réalisons beaucoup de contenus liés aux conséquences de la grève sur l'activité économique depuis le début du mouvement. Si vous n'avez pas regardé le JT de France 2 ce soir, voici un sujet qui se penche sur cette question.



21h18 : Allez vous faire des reportages sur la catastrophe économique en cours dans les commerces ?

20h04 : Voici un nouveau point sur l'actualité de ce mercredi soir :

Edouard Philippe reçoit, depuis le début de l'après-midi, tous les leaders syndicaux et patronaux. "On est très très loin d'être d'accord", a affirmé à sa sortie le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, opposé à la mise en place d'un âge pivot. Suivez notre direct.

Du mieux sur le front des transports. Le trafic restera très perturbé jeudi à la SNCF et à la RATP, mais avec davantage de trains qui circulent. Retrouvez les prévisions de trafic dans cet article.

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a décidé de saisir la justice à propos des "omissions" de Jean-Paul Delevoye sur sa déclaration d'intérêts initiale. L'ex-haut commissaire aux Retraites, interrogé par franceinfo, y voit une occasion de "prouver sa bonne foi".

Après trois mois d'enquête sur l'affaire ukrainienne, les démocrates, maîtres de la Chambre des représentants, votent la mise en accusation de Donald Trump, aujourd'hui. Le président américain, qui réaffirme qu'il n'a "rien fait de mal", ne devrait pas être destitué grâce au solide soutien des républicains, majoritaires au Sénat. Voici ce qu'il faut savoir avant ce vote-clé.

La justice lance un mandat d'arrêt contre l'ancien président Evo Morales, en exil en Argentine, pour "sédition" et "terrorisme".

19h23 : Vu l'incertitude autour des trains, c'est logique de ne pas incorporer des enfants...Macron est plus à blamer que les grevistes

19h23 : Je suis un papa divorcé qui habite au Sud-Ouest de Paris. Ma fille vit proche de Toulon. Pour utiliser ce service Junior ou celui d'Air France (heureusement pas cette fois), je suis abasourdi, choqué et surtout très triste pour les enfants et les (grands)parents qui vont en subir les conséquences. Qui plus est à Noël. C'est lamentable.

19h22 : Quelle honte!! Priver les enfants de voir leurs proches alors que ce service existe justement pour les familles qui ne peuvent s'organiser autrement. La solution à du être donné par un cadre dirigeant sans enfant ou sans coeur... au choix

19h25 : Vous êtes nombreux, dans les commentaires, à regretter la décision de la SNCF de suspendre le service "Junior et compagnie" du 20 au 24 décembre, en raison de la grève. Voici quelques-unes de vos réactions.

19h05 : Cette réaction de Laurent Berger était très attendue. Mais le secrétaire général de la CFDT s'est montré clairement déçu par cette entrevue avec Edouard Philippe. Cette série d'entretiens à Matignon se poursuit désormais avec François Asselin, président de la CPME.

18h59 : "Nous avons redit que la CFDT ne voulait pas de cette mesure de l'âge d'équilibre. Notre détermination (...) est intacte."

Laurent Berger s'exprime sur le perron de Matignon après une entrevue d'une heure avec le Premier ministre. Le secrétaire général de la CFDT note "une volonté de discussion et d'ouverture" de la part d'Edouard Philippe, "mais on est très très loin d'être d'accord", lance-t-il.

18h54 : Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, constate "un désaccord" avec Edouard Philippe sur la question de l'âge pivot.

18h25 : Bonsoir. Ces stations de métro sont fermées car elles sont en correspondance avec des lignes qui, elles, ne fonctionnent pas. Leur ouverture nécessiterait en effet de mobiliser davantage de personnel pour sécuriser les stations.

18h23 : Savez-vous pourquoi certaines stations sont fermées sur les lignes de métro pourtant ouvertes ? Presque 1 station fermée sur 2 sur la ligne 4 en direction de la Mairie de Montrouge.

18h18 : Cette suppression s'applique en effet sur tout le territoire, du 20 au 24 décembre inclus.

18h16 : Cette suppression est-elle nationale et pour la durée des vacances ?

18h15 : Nous vous en parlions il y a quelques minutes : le service "Junior et compagnie", qui permet à des enfants de voyager avec un accompagnateur, est supprimé du 20 au 24 décembre inclus. Ce sont 6 000 enfants qui sont ainsi concernés par cette annulation. Voici notre article.

18h02 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

Les entrevues entre Edouard Philippe et Laurent Pietraszewski et les leaders syndicaux ont débuté. Suivez notre direct.

Après trois mois d'enquête sur l'affaire ukrainienne, les démocrates, maîtres de la Chambre des représentants, votent la mise en accusation de Donald Trump, aujourd'hui. Le président américain, qui réaffirme qu'il n'a "rien fait de mal", ne devrait pas être destitué grâce au solide soutien des républicains, majoritaires au Sénat. Voici ce qu'il faut savoir avant ce vote final.


Légère amélioration du trafic demain. Découvrez les prévisions pour la SNCF et la RATP.


17h59 : Sud Ouest raconte l'histoire de Michèle Deprez, mère d'un fils de 13 ans, dont le jugement de divorce l’oblige à le remettre à son père pour Noël. Malheureusement, le TGV réservé pour Lille a été annulé et cette grève est désormais synonyme de catastrophe pour la caissière de 54 ans dans le Béarn. Pour remettre son fils à son père, elle craint de "devoir démissionner" raconte-t-elle dans cet article.

17h47 : Après le président du Medef, c'est Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, qui va s'entretenir avec le Premier ministre, Edouard Philippe.

17h41 : Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, est sorti de son entretien avec Edouard Philippe. "Je ne sais pas si le gouvernement est prêt à revenir sur l'âge pivot, a-t-il assuré. La trajectoire d'équilibre est très importante, l'âge est la mesure qui permet de revenir à l'équilibre et après, dans les modalités, il y a des choses qu'on peut travailler, j'espère, avec les syndicats, en tout cas ceux qui sont favorables à la réforme."



(THOMAS SAMSON / AFP)

17h28 : Voici en détails le trafic annoncé par la SNCF pour demain.

• TRANSILIEN : 1 train sur 4 en moyenne
• TER : 4 circulations sur 10 en moyenne, en partie assurées par bus
• TGV : 2 train sur 5 en moyenne
• International : trafic perturbé
• Intercités : 1 train sur 6 en moyenne

17h33 : La SNCF annonce à nouveau un trafic "très perturbé" pour demain avec 1 Transilien sur 4 en moyenne en heures de pointe et 4 TER sur 10. Le trafic des TGV s'améliore légèrement avec 2 trains sur 5 au lieu de 1 sur 3 hier.

17h33 : Pour renforcer son plan de transport pour Noël, la SNCF a supprimé un service : le service Junior & Cie qui permet aux enfants de 4 à 14 ans de voyager en toute sécurité avec un accompagnateur, animateur diplômé. Conséquence : 6 000 enfants seuls ne pourront pas voyager, indique France Bleu Paris.

17h05 : La RATP annonce un trafic "très perturbé" jeudi. Toutefois, légère amélioration, il n'y a plus que six lignes de métro totalement fermées, et non huit comme les jours précédents.

17h08 : Après les coupures d'électricité dans plusieurs villes, notamment à Nice, Christian Estrosi, le maire de la ville, réclame des sanctions et des poursuites contre les auteurs des coupures. "C'est du sabotage pur et simple", a-t-il réagi sur Twitter alors que l'électricité avait été coupée délibérément dans le centre commercial Nicetoile, dans le vieux-Nice ainsi qu'au Palais de justice. Une plainte a été déposée par Enedis, rapporte France 3 Provence Alpes Côte d'Azur.

15h56 : Après Philippe Martinez, c'est Cyril Chabanier, le président de la CFTC, qui s'entretient avec le Premier ministre, Edouard Philippe, à Matignon.

15h53 : "Quand les gens ne travaillent pas, il n'y a plus de boulot, ce n'est pas du blocage", a conclu Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, à propos de la grève qui touche la SNCF et la RATP. Avant de partir, il a également souhaité "bonne chance" aux journalistes pour qui "l'après-midi va être longue".

15h53 : A propos des coupures de courant opérées par la CGT, Philippe Martinez a assuré que ce n'était pas dans les habitudes de la CGT de faire n'importe quoi. "C'était des actions ciblées", a-t-il rappelé. Il a aussi tenu à faire passer un message en disant que les salariés d'EDF n'étaient pas félicités quand ils rétablissaient le courant aux personnes qui ne pouvaient plus payer leur facture. "Nous avons une mission sociale", a-t-il expliqué.

15h46 : "Comme il [le président de la République] pense qu'il a raison tout seul, quand il se passe quelque chose dans la rue, il n'écoute pas."

15h44 : "On n'a pas les mêmes valeurs", a lâché Philippe Martinez qui a répété que ce sont deux conceptions de la protection sociale qui s'affrontent.

15h44 : "On n'a pas changé de ligne : on demande le retrait [de la réforme] et la renégociation du système actuel", a indiqué le secrétaire général de la CGT.

15h41 : "Je ne m'attendais pas à ce qu'il annonce en exclusivité à la CGT le retrait du projet de loi", a assuré Philippe Martinez. "Il y aura des annonces demain, mais il ne faut pas traîner", a-t-il mis en garde.

15h40 : Philippe Martinez est sorti de son entrevue avec Edouard Philippe. "Je lui ai dit que plus la grève durait, plus sa capacité à convaincre allait diminuer", a déclaré le secrétaire général de la CGT après une dizaine de minutes d'entretien.

15h41 : Après Laurent Escure, c'est au tour de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, de s'entretenir avec le Premier ministre, Edouard Philippe.

15h24 : "Quand on est syndicaliste, on est forcément optimiste, sinon c'est la désespérance chaque matin. Est-ce que je suis confiant ? Je ne peux pas vous le dire", a conclu Laurent Escure, le secrétaire général de l'Unsa avant de souhaiter "bon courage" aux journalistes présents à la sortie de Matignon.

15h19 : "L'UNSA reste déterminé, concentré, on n'est pas totalement rassuré, on a vu qu'il y avait quelques ouvertures", a répété Laurent Escure, secrétaire général du syndicat.

15h17 : "On ne peut pas être satisfait d'un moment où on n'a pas encore les garanties d'un côté et où il y a une grosse inquiétude de l'autre".

15h18 : "On pense que l'action c'est aussi la négociation", a indiqué Laurent Escure, secrétaire général de l'Unsa. Le syndicat "n'a pas vocation à applaudir la réforme", a-t-il prévenu. Il se dit "concentré" et "déterminé" après cette entrevue avec Edouard Philippe.

15h10 : "J'ai senti qu'il pouvait y avoir des ouvertures notamment sur le minimum contributif", a assuré Laurent Escure, secrétaire général de l'Unsa à la sortie de son entretien avec le Premier ministre, Edouard Philippe, aujourd'hui. "Sur la pénibilité et la fin de carrière, on a pu comprendre qu'il pourrait y avoir de nouvelles discussions", a-t-il ajouté.