Gérald Darmanin aurait aidé le PSG à ne pas payer des dizaines de millions d'euros de taxes lors du transfert de Neymar en 2017, selon une enquête de Mediapart

Le média d'investigation affirme que l'actuel ministre de l'Intérieur est intervenu dans le transfert record de Neymar en 2017, au moment où il était ministre des Comptes publics, "contre la jurisprudence de l'administration".
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 3 janvier 2024 lors d'une visite à Marseille (Bouches-du-Rhône). (NICOLAS TUCAT / AFP)

Le média d'investigation Mediapart révèle, dans une enquête publiée jeudi 4 janvier, que Gérald Darmanin, actuel ministre de l'Intérieur, serait intervenu au moment du transfert de Neymar au PSG, en 2017, lorsqu'il était ministre des Comptes publics, afin que le club parisien ne paie pas des millions d'euros de taxes sur cette transaction, "contre la jurisprudence de l'administration".

Le 3 août 2017, le Brésilien a été transféré du FC Barcelone vers le PSG contre une somme record de 222 millions d'euros, soit le transfert le plus cher de l'histoire du football. Ce transfert a été réalisé d'une manière particulière, le PSG ayant payé les 222 millions d'euros au joueur (le montant de sa clause libératoire), qui a ensuite dû les régler au club espagnol afin de pouvoir partir.

Entre 67 et 224 millions de taxes prévues sur le transfert

Mediapart affirme que cette opération posait un problème fiscal, avec "le risque que ce paiement soit assujetti en France à l'impôt sur le revenu, mais surtout aux cotisations sociales qui financent la Sécu, comme n'importe quelle rémunération". Selon les calculs des avocats du PSG de l'époque, "le fisc et l'Urssaf (l'organisme qui prélève les cotisations sociales) pourraient réclamer entre 67 et 224 millions d'euros" sur cette transaction, écrit Mediapart. Une somme que le PSG rechignait à payer.

Mediapart affirme donc que Gérald Darmanin et son directeur de cabinet sont ainsi intervenus, notamment par l'intermédiaire d'Hugues Renson, député LREM et vice-président de l'Assemblée nationale jusqu'en 2022. "Le club est parvenu, en seulement quatre jours, à éliminer complètement ce risque et à ne payer aucun impôt, grâce à une faveur accordée par le ministre des Comptes publics de l'époque Gérald Darmanin", affirme ainsi Mediapart.

Des "pistes" proposées au PSG pour échapper aux cotisations sociales"

Le média affirme que le directeur de cabinet de Gérald Darmanin, Jérôme Fournel, a proposé "des pistes au PSG pour échapper aux cotisations sociales". Ce dernier, désormais à la tête de la DGFIP, l'administration fiscale, serait entré en contact avec le directeur général du PSG, Jean-Claude Blanc, affirmant que la clause libératoire n'existe pas en droit français. Il n'y a donc pas "de règles juridiques expresses ou incontestables", et il n'est pas possible de prévoir "à 100%" si l'administration va décider de taxer ou pas, retranscrit ainsi Medipart à propos de l'e-mail envoyé par Jérôme Fournel à Jean-Claude Blanc.

Selon Mediapart, le PSG a reçu quelques jours avant l'officialisation du transfert de Neymar "deux rescrits fiscaux adressés par le fisc et l'Urssaf d'Île-de-France, qui annoncent au club qu'il n'y aura ni impôt ni cotisations sociales à payer au sujet de la clause libératoire de Neymar". Gérald Darmanin et son ancien directeur de cabinet, Jérôme Fournel, n'ont pas répondu aux sollicitations de Mediapart.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.