Cet article date de plus de quatre ans.

Présidentielle : un parlementaire américain réclame une enquête sur les liens entre Vladimir Poutine et Marine Le Pen

Mike Turner, député du parti républicain à la Chambre des représentants, s'inquiète de l'ingérence de la Russie dans les élections en Europe, et notamment en France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen visite la place Rouge à Moscou (Russie), le 26 mai 2015. (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)

Les Etats-Unis vont-ils enquêter sur les relations entre Marine Le Pen et Vladimir Poutine ? Un parlementaire américain du nom de Mike Turner a en tout cas demandé au coordinateur du renseignement américain de se pencher sur le sujet, comme le révèle Le Canard enchaîné dans son édition du 21 décembre. Il s'inquiète notamment d'une demande de prêt de 30 millions d'euros du Front national à la Russie en vue de l'élection présidentielle, intervenue selon lui en février 2016.

Selon l'hebdomadaire, qui publie un extrait du courrier du représentant républicain de l'Ohio, ce dernier souhaite obtenir des détails sur une "vaste campagne" de la Russie, destinée à "mener une guerre de l'information contre les Etats-Unis et d'autres pays dont les intérêts contrecarrent ceux de la Russie". Cet élu, spécialiste du renseignement, avait déjà réclamé, la semaine dernière à l'administration Obama, la déclassification d'un rapport d'enquête sur le rôle joué par Moscou dans certaines élections européennes, rapporte le Wall Street Journal.

Une reconnaissance de la Crimée dans la balance ?

Mike Turner rappelle dans son courrier que le Front national a déjà reçu un prêt de près de 10 millions de dollars (9 millions d'euros) en 2014, "après les importantes victoires électorales remportées par le FN". Après la supposée nouvelle demande de prêt de 30 millions d'euros, l'élu américain souligne que Marine Le Pen a annoncé, dans une interview à RT France en mai, qu'elle pourrait reconnaître la Crimée comme territoire russe si elle accédait à l'Elysée en 2017.

Contacté par Le Canard enchaîné au sujet du prêt de 30 millions d'euros, le trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, assure : "Nous n'avons pas de problèmes particuliers." Interrogé par franceinfo, Alain Vizier, attaché de presse du FN, ajoute : "C'est d'une bêtise, d'un ridicule. Tout le monde a éclaté de rire ici. Si on les écoute, on va pouvoir tranquillement boire de la vodka et manger du caviar. C'est grotesque."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.