Projet d'attentat déjoué : quelles étaient les cibles visées ?

Dans l'enquête sur le projet d'attentat déjoué en France, après sept arrestations à Strasbourg (Bas-Rhin) et Marseille (Bouches-du-Rhône), deux suspects ont été relâchés. Arnaud Comte se trouve devant la DGSI pour faire le point sur l'avancée de l'enquête.

Voir la vidéo
France 2

Les lieux visés par le projet d'attentat déjoué en France ont été mis en lumière. Les enquêteurs ont fait une découverte intéressante dans l'un des ordinateurs des suspects interpellés à Strasbourg (Bas-Rhin), "ils se sont rendus compte que les jihadistes présumés avaient fait des recherches tous azimuts sur internet", explique Arnaud Comte, en direct devant la DGSI.

Aucun des cinq jihadistes arrêtés n'était fiché

Concernant les cibles potentielles, le journaliste explique qu'elles sont assez larges : "des lieux de culte, des lieux symboliques fréquentés par le public, mais également des commissariats de région parisienne. Il n'y a pas une liste précise, en revanche les enquêteurs ont la conviction qu'ils ont affaire à un commando similaire à celui du 13 novembre 2015. Un commando prêt à mener des attaques simultanées à Paris, mais aussi en Province", ajoute le journaliste. Parmi les cinq jihadistes présumés qui se trouvent toujours en garde à vue dans les locaux de la DGSI, aucun n'était fiché pour radicalisation, alors que deux d'entre eux s'étaient rendus en Syrie. "Ils étaient passés entre les mailles du filet", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), à Levallois-Perret.
Le siège de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), à Levallois-Perret. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)