TEMOIGNAGE FRANCE 2. "Il a tout fait pour qu'il n'y ait pas de solution alternative", déplore l'ancien directeur de campagne de Fillon

Patrick Stefanini révèle les coulisses de la campagne présidentielle dans un livre, "Déflagration".

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Il a été pour le moins imprudent", juge avec le recul Patrick Stefanini dans un entretien sur France 2, jeudi 23 novembre. L'ancien directeur de campagne de François Fillon revient dans un livre, Déflagration (Robert Laffont), sur la campagne ratée du candidat de la droite.

Patrick Stefanini révèle que François Fillon savait depuis plusieurs semaines que des journalistes enquêtaient sur son épouse, mais qu'il n'avait rien dit à son équipe : "C'est de mon point de vue (...) une forme de fuite en avant." Il indique aussi qu'il n'a jamais vraiment songé à se retirer : "Il m'a dit qu'il avait eu un moment de doute à la veille du rassemblement du Trocadéro [le 5 mars 2017]. Le reste du temps, il n'a jamais songé sérieusement à retirer sa candidature."

Il a tout fait pour qu'il n'y ait pas de solution alternative.

Patrick Stefanini

L'ex directeur de campagne décrit un homme qui fait tout pour se maintenir à tout prix : "Il était encore temps pour la droite de se choisir un autre champion, mais François Fillon a fermé les portes, il a fermé toutes les écoutilles. Il a tout fait pour qu'il n'y ait pas de solution alternative. Il a fait en sorte pour ne jamais laisser d'espace à une éventuelle candidature d'Alain Juppé."

Patrick Stefanini révèle enfin que "François Fillon a donné 300 000 euros à Nicolas Sarkozy après la primaire de la droite pour la présidentielle pour lui permettre de boucler ses comptes de campagne". Le candidat de la droite dissimule alors à peine sa satisfaction de voir Nicolas Sarkozy lui demander de l'aide.

L\'ancien directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, le 6 mars 2017, à Paris. 
L'ancien directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, le 6 mars 2017, à Paris.  (GABRIEL BOUYS / AFP)