Fillon a donné 300 000 euros à Sarkozy, affirme Stefanini dans un livre

Selon l'ex-directeur de campagne de François Fillon, cet argent a servi à boucler les comptes de la campagne de Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite.

L\'ancien président Nicolas Sarkozy et son ancien Premier ministre, François Fillon, quittent le siège de l\'UMP après une réunion, le 2 décembre 2014, à Paris.
L'ancien président Nicolas Sarkozy et son ancien Premier ministre, François Fillon, quittent le siège de l'UMP après une réunion, le 2 décembre 2014, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Son livre s'appelle Deflagration. L'ex-directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, révèle que l'ancien Premier ministre a donné 300 000 euros à Nicolas Sarkoy après la primaire de la droite pour la présidentielle afin de lui permettre de boucler ses comptes de campagne.

Cet ouvrage, coécrit avec la journaliste de L'Obs Carole Barjon, est à paraître jeudi 23 novembre chez Robert Laffont. Il est cité dans un article de Paris Match paru en ligne mercredi.

Le "deal" conclu lors d'un déjeuner

Patrick Stefanini avait démissionné de son poste avant le premier tour de l'élection présidentielle, en mars 2017. Il était en désaccord avec François Fillon, empêtré dans ses affaires judiciaires.

Michel Gaudin, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy,  a confirmé pour Paris Match les informations de Patrick Stefanini. Selon lui, le "deal" financier entre François Fillon et Nicolas Sarkozy a été scellé lors d'un déjeuner, le 25 janvier dernier, organisé à la demande de l'ex-président, dont les comptes étaient dans le rouge.

Sa campagne pour la primaire, en 2016, lui a coûté 1,3 million d'euros et son parti, LR, lui demandait le remboursement de 300 000 euros. De retour à son QG après le déjeuner, François Fillon était "guilleret", écrit Patrick Stefanini. Il a décidé d'accéder à la demande de Nicolas Sarkozy et de puiser dans la caisse de son microparti, Force Républicaine, enrichi des quelque 10 millions d'euros que lui a rapportés sa victoire à la primaire, en novembre 2016.

"J'en ris encore"

L'opération est légale, la loi autorisant les micropartis à verser des subventions à d'autres partis. Le 15 février 2017, les deux hommes se retrouvent à nouveau pour déjeuner. "Malgré le Penelopegate qui plombe la campagne depuis les révélations du Canard enchaîné du 25 janvier, la rencontre est qualifiée de 'chaleureuse'", rapporte également Paris match. François Fillon remet à Nicolas Sarkozy l'enveloppe que lui a transmise Patrick Stefafini avec, à l'intérieur, un chèque de 200 000 euros. "J'en ris encore", confie Patrick Stefanini au magazine, insistant sur la "piètre image" renvoyée par l'ancien président, dont les comptes de la campagne présidentielle de 2012 avaient été rejetés par le Conseil constitutionnel.

Un dernier versement de 100 000 euros a été effectué auprès de l'association de financement de Nicolas Sarkozy par Vincent Chriqui, nouveau directeur de campagne de François Fillon, après le départ de Patrick Stefanini. Selon Vincent Chriqui, "François Fillon souhaitait avoir de bons rapports avec Nicolas Sarkozy pour des raisons évidentes. Mais ces versements d'argent n'ont rien à voir avec ça".