L'humoriste Gaëtan Matis déprogrammé d'un théâtre parisien après une blague "de mauvais goût" sur Eric Zemmour et l'attentat du Bataclan

Après un message de Gaëtan Matis sur Facebook, vendredi, Eric Zemmour avait dénoncé, samedi, une forme d'appel au "massacre" de ses soutiens. Le Point Virgule, où se produit l'humoriste, avait ensuite reçu des messages de menaces.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les restes d'une affiche en faveur de la candidature d'Eric Zemmour à la présidentielle 2022, le 4 octobre 2021, à Briançon (Hautes-Alpes). (THIBAUT DURAND / HANS LUCAS / AFP)

Spectacle annulé. Le théâtre parisien du Point Virgule a annoncé, dimanche 10 octobre, l'annulation de représentations de l'humoriste Gaëtan Matis, prévues dimanche et lundi, après que celui-ci a publié un message polémique sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, l'établissement dit avoir subi des "déferlements de haine" avec des "menaces, insultes, violences verbales (...) toute la journée" de samedi du fait de cette "prise de position", que la direction a "condamné sans ambiguïté".

Vendredi, dans une "story" sur Facebook, Gaëtan Matis avait publié le texte suivant : "Si j'avais une machine à voyager dans le temps, je bookerais le Bataclan pour la soirée du 13 novembre 2015 afin d'y organiser une soirée rencontre entre Eric Zemmour et son public." En réponse, sur Twitter, Eric Zemmour avait dénoncé la "violence" du comédien, qui "souhaite le massacre par des djihadistes de tous ceux qui me soutiennent".

Samedi, l'humoriste, habitué du registre de la provocation, a reconnu une blague "de mauvais goût""Je ne souhaite la mort de personne et je ne lancerai aucun appel à la violence contre quiconque", a-t-il écrit sur Instagram, se disant "dépassé" par les réactions suscitées par son trait d'humour. Il a présenté ses "excuses aux victimes des attentats" et adressé "des gros bisous sur le front d'Eric Zemmour".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eric Zemmour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.