Présidentielle : Éric Zemmour "a une vision tellement apocalyptique du monde qu'elle est angoissante", critique Robert Ménard

Robert Ménard est revenu sur l'interview donnée par Éric Zemmour sur TF1 mardi soir estimant "qu'il n'a pas été très bon". 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 5 min.
 Robert ménard, maire divers-droite de Béziers, soutenu par le Rassemblement national, le 8 janvier 2021. (MICHAEL ESDOURRUBAILH / MAXPPP)

Éric Zemmour, désormais officiellement candidat à l'élection présidentielle de 2022, "met le doigt sur quelque chose qui fait mal, mais je pense qu'il n'apporte pas de solution et il a une vision tellement apocalyptique du monde qu'elle est angoissante" alors qu'il "faut rassurer les gens", a déclaré le maire divers-droite de Béziers, soutenu par le Rassemblement national, Robert Ménard, mercredi 1er décembre sur franceinfo.

franceinfo : Qu'avez-vous pensé de la vidéo de candidature d'Éric Zemmour ?

Robert Ménard : Ça ressemblait à une espèce de pastiche du général de Gaulle et on peut se dire quand même pour qui se prend-il ? Mais en même temps, honnêtement, j'ai été touché par un certain nombre de ses images, de ses rappels. Il dit quand même comment la France évolue. Même si je suis en désaccord avec lui, tout n'était pas mieux avant et la France des années 1960 n'est peut-être pas le paradis que présente Éric Zemmour. En plus, il y a une espèce d'amateurisme sur ses affaires d'images. Je ne suis pas sûr que ce soit très réussi globalement même si Éric Zemmour a le mérite d'avoir mis sur la table des questions qui jusque-là étaient peu abordées. Les candidats du congrès Les Républicains n'ont jamais autant parlé d'immigration.

Après l'annonce officielle de sa candidature, Éric Zemmour a été interviewé dans le journal de 20H de TF1. Ensuite, il a comparé Gilles Bouleau à une "larve" et à un "procureur". A-t-il raison de s'en prendre à lui ?

Bien sûr que non. De vous à moi, j'ai le souvenir d'avoir été reçu par Éric Zemmour dans l'émission de Laurent Ruquier On n'est pas couchés, on ne peut pas dire que les interviews qu'il faisait étaient des interviews gentilles vis-à-vis des gens. Je n'ai jamais vu des interviews au lance-flammes comme les siennes au point de faire pleurer des gens. Je pense qu'il n'a pas été très bon sur TF1, il était sur la défensive, il était mal à l'aise, on le sentait, encore plus sombre, encore plus fermé que d'habitude. Quand vous n'avez pas réussi une interview, vous avez tendance soit à vous en prendre à vous, soit à celui qui vous a posé les questions. Je ne dis pas que les questions étaient sympathiques mais il n'est pas le seul à faire l'objet de questions pas sympathiques. J'ai des souvenirs de Marine Le Pen reçue par des journalistes de façon peu agréable. Il est mal placé pour faire ce procès-là. Honnêtement, ce n'est pas une bonne idée. Je ne comprends même pas qu'il le fasse.

Pendant l'interview, il s'est emporté quand il a été interrogé sur ce qu'il écrit dans ses ouvrages sur les femmes, notamment quand il les compare à des "butins" pour les hommes. Trouvez-vous ses propos choquants ?

Bien sûr que ça m'a choqué, mais surtout ça choque les femmes. Dans les intentions de vote, il y a deux fois moins de femmes que d'hommes qui sont prêtes à voter pour lui. Il a des propos de polémiste, d'intellectuel qui met des choses en perspective. Dans un bouquin, vous pouvez faire des raccourcis d'une époque à une autre. Aujourd'hui, face au public de maintenant, ça ne tient pas le coup. Il a un propos qui n'est pas collé à l'actualité, à la vie d'aujourd'hui.

"Vous ne pouvez pas regretter les années 1960, des années où les femmes ne pouvaient pas avoir recours à la contraception et où l'avortement était totalement interdit."

Robert Ménard, maire divers-droite de Béziers

à franceinfo

C'est ça la réalité. Je crois qu'il ne mesure pas ça. Il dit qu'il a fait sa mue, mais non, manifestement, il ne l'a pas faite et c'est pour ça que la machine est enrayée en ce moment. C'est dommage parce qu'il a un talent pour parler de la France. Vous pouvez ne pas aimer sa vidéo mais il a une écriture, une force, une connaissance historique, c'est un vrai intellectuel, il dit des choses qui devraient nous interpeller mais il n'est peut-être pas fait pour être candidat.

Vous dites qu'il n'est peut-être pas fait pour être candidat. Est-il fait pour être président de la République, selon vous ?

S'il n'est pas fait pour être candidat, il a peu de chances d'être fait pour être président. Je pense qu'aujourd'hui Éric Zemmour a montré les limites dans cet exercice-là, ce qui est dommage. Je lui avais dit depuis le début : tu es plus utile que quiconque pour poser un certain nombre de questions, y compris iconoclastes, des questions que les autres ne veulent pas poser. Il aura eu le mérite de nous obliger, globalement, à regarder le monde tel qu'il est en face de nous et aujourd'hui il continue à recueillir 12 ou 14 % des intentions de vote, c'est-à-dire plus que n'importe quel candidat de gauche. Il y a une immense partie de la classe médiatique ou de la classe politique qui continue à nier l'évidence. Il met le doigt sur quelque chose qui fait mal, mais je pense qu'il n'apporte pas de solution et il a une vision tellement apocalyptique du monde qu'elle est angoissante. Vous ne pouvez pas dire aux gens qu'on est au bord de l'apocalypse et qu'il n'y a rien à faire, ce n'est pas possible. La prestation d'Éric Zemmour ne va pas rassurer les Français. Il faut les rassurer en leur disant que si demain nous arrivons au pouvoir il n'y aura pas d'insurrection, pas de guerre civile ni d'embrasement des banlieues. Pour ça, il faut faire des propositions, Éric Zemmour n'en fait pas et il faut rassurer les gens, il n'est pas rassurant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eric Zemmour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.