Présidentielle 2022 : Eric Zemmour et Marine Le Pen poursuivent leur échange de piques à distance

Le premier assure que voter pour la candidate du rassemblement national "ne sert à rien", la seconde s'en prenant aux "vieilles mesures libérales" du polémiste.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un affiche d'Eric Zemmour à Paris, le 11 septembre 2021. (AMAURY CORNU / HANS LUCAS / AFP)

L'extrême droite se bagarre à distance. Eric Zemmour et Marine Le Pen, rivaux potentiels pour l'élection présidentielle, ont poursuivi, dimanche 24 octobre, leur échange de piques à distance. Le premier assure que voter pour la candidate du rassemblement national "ne sert à rien", la seconde s'en prenant aux "vieilles mesures libérales" du polémiste.

"Marine Le Pen a enfermé ses électeurs, qui sont pour la plupart des électeurs des classes populaires -ouvriers, chômeurs, employés-, dans un ghetto politique (...) donc le vote pour Marine Le Pen ne sert à rien puisqu'elle ne peut pas gagner la présidentielle, puisqu'elle n'a pas l'alliance avec une partie de la bourgeoisie", a affirmé l'ancien journaliste au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Marine Le Pen avait estimé vendredi à Bruxelles qu'Eric Zemmour n'avait "aucune chance d'arriver au second tour", et mis en cause un "choix de la provocation" divisant les Français. Disant ne pas voir de "plus-value" dans la démarche du polémiste, elle lui a en outre reproché en matière économique et sociale de "vieilles mesures libérales", de "vieux remèdes qui ont démontré leur inefficacité", telle que la retraite à 64 ans, elle-même préconise une retraite possible dès 60 ans, après quarante années de cotisations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eric Zemmour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.