Le CSA met en demeure CNews pour des propos d'Eric Zemmour sur la guerre d'Algérie

La mise en demeure constitue une forme d'avertissement pour la chaîne d'info du groupe Canal+, qui a décidé en retour de saisir le Conseil d'Etat.

Eric Zemmour, le 28 septembre 2019, pendant un discours lors de la \"Convention de la droite\", à Paris.
Eric Zemmour, le 28 septembre 2019, pendant un discours lors de la "Convention de la droite", à Paris. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

C'est un avertissement. Le CSA a mis en demeure la chaîne CNews de respecter ses obligations, notamment en matière d'incitation à la haine ou à la violence, à la suite de propos d'Eric Zemmour sur l'islam et la guerre d'Algérie, tenus dans l'émission "Face à l'info", dans une décision publiée mardi 3 décembre. L'éditorialiste, déjà condamné pour provocation à la haine religieuse, avait assimilé l'islam et l'islamisme, avant d'évoquer la guerre d'Algérie. A ce sujet, il avait affirmé être "du côté" du général Bugeaud qui, lorsqu'il "arrive en Algérie, (...) commence à massacrer les musulmans et même certains juifs".

Pour le CSA, ces propos contreviennent à plusieurs obligations de la chaîne. Le gendarme de l'audiovisuel considère que les mots d'Eric Zemmour "ont pu être perçus" comme "une légitimation de violences commises par le passé à l'encontre de personnes de confession musulmane, mais aussi comme une incitation à la haine ou à la violence à l'égard de cette même catégorie de la population". Le CSA juge que la séquence exprimait un "rejet insistant des personnes musulmanes dans leur ensemble, tendant à encourager des comportements discriminatoires en raison de la religion".

CNews saisit le Conseil d'Etat

Dans un communiqué publié en milieu de journée, le Groupe Canal+ prend acte de la décision du CSA, mais considère que les propos "ne constituaient ni un manquement à la convention de la chaîne, ni une méconnaissance de la Loi". Selon le groupe, ces propos "s'inscrivaient directement dans le cadre de l’expression du pluralisme des courants de pensées et d'opinions, principe constitutionnel rappelé par la convention précitée, soit 'la liberté d'expression et de communication ainsi que l'indépendance éditoriale de l'éditeur'". CNews estime ainsi la mise en demeure du CSA injustifiée. La chaîne a donc décidé de saisir le Conseil d'Etat.

Depuis son arrivée sur CNews, Eric Zemmour a multiplié les interventions polémiques dans l'émission présentée par Christine Kelly. Cette mise en demeure constitue une forme de rappel à l'ordre pour la chaîne d'info du groupe Canal+. Cette décision peut précéder, en cas de manquements répétés, une sanction qui peut aller de la suspension temporaire d'un programme au retrait de l'autorisation de la chaîne, en passant par des amendes ou privations d'écrans publicitaires.