Visite d'Emmanuel Macron en Chine : "Peut-être que les Français se fichent des droits de l'homme", tacle Ai Weiwei

En Chine, Emmanuel Macron a refusé de "donner des leçons" publiquement sur les droits de l'homme. "Je crois que la raison est simple, c'est le business", a réagi l'artiste dissident chinois sur Europe 1.

L\'artiste dissident chinois Ai Weiwei à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 29 novembre 2017.
L'artiste dissident chinois Ai Weiwei à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 29 novembre 2017. (SANDER KONING / ANP)

Le silence d'Emmanuel Macron commence à faire du bruit. En visite en Chine jusqu'au mercredi 10 janvier, le président de la République ne s'est pas exprimé publiquement sur la question des droits de l'homme dans le pays. "Je crois que la raison est simple, c'est le business, a réagi l'artiste dissident chinois Ai Weiwei sur Europe 1. Mais n'importe quel leader qui a du respect pour l'histoire humaine doit parler plus fort des droits de l'homme."

Interrogé sur la question du respect des droits de l'homme en Chine, Emmanuel Macron a assumé de ne pas évoquer ce dossier publiquement. "Je peux me faire plaisir en donnant des leçons à la Chine en parlant à la presse française. Ça s'est beaucoup fait, ça n'a aucun résultat", a-t-il commenté.

"Peut-être que les Français se fichent désormais des droits de l'homme"

Une attitude inacceptable pour Ai Weiwei, incarcéré et battu en Chine. "Je ne crois pas aux entretiens privés. Un homme public doit toujours parler en public. Qui sait ce qu'ils se disent en privé. Mais peut-être que les Français se fichent désormais des droits de l'homme", a-t-il expliqué.