Vidéo Affaire McKinsey : Emmanuel Macron assure qu'il ne craint "rien" et qu'il n'est pas "au cœur de l'enquête" du PNF

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Affaire McKinsey : Emmanuel Macron dit ne "rien" craindre et dénonce des "attaques politiques"
Article rédigé par
France Télévisions

Le chef de l'Etat s'est exprimé vendredi depuis Dijon, en marge de son déplacement à l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Sa réaction était très attendue. Emmanuel Macron s'est exprimé, vendredi 25 novembre, sur l'annonce du Parquet national financier (PNF) de l'ouverture de deux informations judiciaires au sujet des deux campagnes présidentielles de l'actuel chef de l'Etat. "Je ne crains rien", a-t-il estimé depuis Dijon (Côte-d'Or), où il est en déplacement à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Emmanuel Macron a déclaré qu'il ne croyait pas être "au cœur de l'enquête" ouverte par le PNF sur des soupçons de favoritisme et de "tenue non conforme de comptes de campagne", notamment. "Je ne sais rien, personne ne m'a écrit, personne ne m'a appelé", a-t-il confié au sujet de cette procédure.

"Il faut que la justice fasse ce travail"

"Il y a un sujet, avec beaucoup d'attaques politiques qui ont été faites sur la question d'un cabinet de conseil, a également dénoncé le chef de l'Etat. Il faut que la justice fasse ce travail. (…) C'est une très bonne chose, que la lumière soit faite. (…) Les choses doivent se faire avec sérénité et transparence."

Quant à de possibles irrégularités sur ses comptes de campagne en 2017, le président de la République s'est employé à balayer les soupçons : "Mes comptes de 2017 ont été regardés et re-regardés. Il ne vous a pas échappé que, parfois, pour les comptes de campagne, il pouvait y avoir des problèmes. Les miens ont été regardés comme tous les candidats de 2017. Ceux de 2022, ils sont, comme tous ceux des candidats, en cours de revue", a-t-il expliqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.