L'incarcération de Benalla devenait "inévitable", selon le vice-président de la commission des lois du Sénat

François-Noël Buffet, vice-président de la commission des lois du Sénat, estime qu'Alexandre Benalla n'est pas le seul à avoir menti, alors que celui-ci été placé en détention provisoire mardi soir par le juge des libertés et de la détention, après le non-respect de son contrôle judiciaire.

franceinfo

Alexandre Benalla et Vincent Crase ont été placés en détention provisoire ce mardi soir par le juge des libertés et de la détention, après le non-respect de leur contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris. Cette incarcération "devenait inévitable", a réagi sur franceinfo François-Noël Buffet, sénateur LR du Rhône, vice-président de la commission des lois du Sénat.

Préserver les suites de l'enquête

"De ce que nous connaissions de manière publique, explique François-Noël Buffet, les parjures devant la commission d'enquête, les révélations faites par la presse, le non-respect manifeste du contrôle judiciaire dont il était l'objet conduisaient le juge à demander sa détention ne serait-ce que pour préserver les suites de l'enquête."

Alexandre Benalla a communiqué avec Vincent Crase alors que cela lui avait été interdit. Ces communications ont été révélées par des enregistrements non autorisés fait par Mediapart. "Sur le fond, on ne sait pas qui a enregistré et comment cela s'est passé. Donc, il y a sans doute un problème de légalité formelle", a reconnu François-Noël Buffet. "Mais je pense que ce n'était pas le seul élément qui a motivé les magistrats."

La commission des lois va rendre ses conclusions après six mois de travaux. "On a constaté, poursuit le sénateur, on a vu qu'Alexandre Benalla avait menti devant cette commission d'enquête alors qu'il avait juré de dire la vérité. C'est tout simplement inacceptable." François-Noël Buffet a estimé qu'il avait menti sur plusieurs points, notamment sur l'affaire des "passeports et des contrats russes." Alexandre n'est pas le seul à avoir menti. 

M. Crase a pu dire des mensonges, peut-être d'autres par omission. Je crois qu'il y a eu des réserves dans les déclarations.

François-Noël Buffet

à franceinfo

Pour François-Noël Buffet, cette affaire est loin d'être finie et elle a été "couverte au plus haut niveau. La présidence de la République a protégé ce jeune homme dans ce qu'il faisait et c'est inacceptable. Il y a des dysfonctionnement dans des dispositifs administratifs."

François-Noël Buffet, sénateur LR du Rhône, vice-président de la commission des lois du Sénat.
François-Noël Buffet, sénateur LR du Rhône, vice-président de la commission des lois du Sénat. (FRANCEINFO)