Alexandre Benalla et Vincent Crase placés en détention provisoire pour non-respect de leur contrôle judiciaire

L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron et l'ancien employé de la République en marche ont été entendus par les juges chargés du dossier des violences du 1er mai.

Alexandre Benalla, le 19 février 2019, à son arrivée au palais de justice de Paris.
Alexandre Benalla, le 19 février 2019, à son arrivée au palais de justice de Paris. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Ils vont passer leur première nuit en prison. Alexandre Benalla et Vincent Crase ont été placés en détention provisoire pour ne pas avoir respecté leur contrôle judiciaire. Les avocats des deux hommes l'ont annoncé, mardi 19 février au soir. Une information confirmée par une source judiciaire à franceinfo. L'ex-chargé de mission de l'Elysée et son ami, ex-employé de la République en marche et chef d'escadron dans la réserve opérationnelle de la gendarmerie, ont été entendus mardi après-midi par les juges d’instruction chargés d'enquêter sur les violences du 1er mai.

Ils avaient interdiction d'entrer en contact

Le placement en détention provisoire avait été requis, mardi matin, par le parquet à l’encontre d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase pour n’avoir pas respecté leur contrôle judiciaire. Les juges leur reprochaient d’avoir communiqué ensemble, alors que cela leur était interdit par leur contrôle judiciaire. Alexandre Benalla sera incarcéré à la prison de la santé à Paris, selon une source proche du dossier à franceinfo.

Le 31 janvier, Mediapart a publié des enregistrements clandestins de conversations entre les deux hommes, datant du 26 juillet, alors qu'ils avaient pour interdiction d'entrer en contact. Quatre jours auparavant, ils avaient en effet été mis en examen pour des violences commises en marge du traditionnel défilé du 1er mai à Paris et placés sous contrôle judiciaire.