Alexandre Benalla, l'ancien chargé de mission de l'Elysée, est convoqué le 19 septembre par la commission d'enquête sénatoriale

L'ancien chargé de mission en matière de sécurité à l'Elysée a confirmé à franceinfo l'information donnée par son avocat à LCI.

Alexandre Benalla aux côtés d\'Emmanuel Macron, le 24 février 2018 au Salon de l\'agriculture à Paris.
Alexandre Benalla aux côtés d'Emmanuel Macron, le 24 février 2018 au Salon de l'agriculture à Paris. (STEPHANE MAHE / REUTERS)

Le principal protagoniste de l'affaire Benalla va revenir sur le devant de la scène. Alexandre Benalla a confirmé à franceinfo qu'il était convoqué par la commission d'enquête sénatoriale, mercredi 19 septembre, comme l'a indiqué son avocat à LCI, lundi 10 septembre. L'entourage du sénateur LR Philippe Bas, qui préside cette commission, a confirmé à franceinfo que ses membres avaient décidé le principe de cette audition.

Philippe Bas l'avait promis avant la pause estivale : la commission d'enquête compte s'efforcer de "lever les incohérences qui demeurent" sur cette affaire impliquant un ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, mis en examen pour des violences contre un manifestant le 1er mai à Paris.

D'autres hauts responsables convoqués

La commission d'enquête a également convoqué au Sénat, dès mercredi 12 septembre, le chef de cabinet du président de la République, François-Xavier Lauch, dont Alexandre Benalla était l'adjoint. Seront ensuite auditionnés le général Éric Bio-Farina, commandant militaire de l'Élysée, déjà entendu en juillet par l'éphémère commission d'enquête de l'Assemblée nationale, ainsi que Maxence Creusat, commissaire de police à la direction de l'ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris.

La commission a déjà entendu notamment le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le directeur de cabinet de l'Elysée Patrick Strzoda, ainsi que Christophe Castaner, le délégué général de La République en marche. Avec ses auditions, la commission entend mettre au jour d'éventuels dysfonctionnements des institutions et faire des recommandations pour que ceux-ci, s'ils sont avérés, ne se reproduisent pas.