Cet article date de plus de cinq ans.

Affaire Benalla : les députés LFI suspendent leur participation à la Commission d'enquête, Eric Coquerel dénonce "une mascarade"

Eric Coquerel estime jeudi sur franceinfo que la présidente de la Commission des Lois de l'Assemblée nationale "prend ses consignes à l'Élysée". Les députés La France insoumise réclament sa démission.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Eric Coquerel, le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, le 27 juin 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

"J'ai suspendu au nom du groupe notre présence dans cette commission parce que ce n'est plus qu'une mascarade", a déclaré jeudi 26 juillet sur franceinfo Eric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis et membre de la Commission des Lois de l'Assemblée nationale, transformée provisoirement en commission d'enquête dans le cadre de l'affaire Benalla.

Les députés LFI ont également demandé la démission de la présidente de la Commission des Lois, la députée LREM Yaël Braun-Pivet, estimant qu'elle "prend ses consignes à l'Élysée et non pas là où elle devrait les prendre, c'est-à-dire dans la représentation nationale".

Des désaccords sur les personnes à auditionner

"Depuis quelques jours, toutes les auditions amènent un constat : il y a des personnes absolument essentielles à auditionner, que la présidente de la Commission, de manière unilatérale, refuse d'auditionner", affirme Eric Coquerel. Il explique notamment que l'opposition souhaite auditionner le secrétaire général de l'Élysée Alexis Kohler (qui n'a été entendu qu'au Sénat), le chef d'état-major à la préfecture de police Laurent Simonin, Alexandre Benalla et Emmanuel Macron.

La présidente "fait en sorte que tout ça tourne en rond", déplore Eric Coquerel. "Tout ça est au service d'une version qui serait que monsieur Benalla a juste pété les plombs une fois. Cela nous empêche de connaître la réalité, celle d'une structure parallèle aux structures officielles de sécurité de l'Élysée qui est mise en place. Le fait qu'on ne puisse pas aller vers ça devient insupportable."

Contrairement à ce qui se passe au Sénat, la présidente de la Commission se comporte de manière totalement autocratique, très certainement sur ordre de l'Élysée.

Eric Coquerel

à franceinfo

Le député LFI de Seine-Saint-Denis estime que "poursuivre et cautionner une mascarade n'est plus souhaitable. [...] On a eu beaucoup de mal à obtenir cette Commission. Tous les groupes d'opposition ont dû pousser dans le même sens pour cela. Selon Eric Coquerel, Yaël Braun-Pivet "décide qui elle interroge sans nous prévenir plus de 24 heures à l'avance (...) et en décidant qu'on va essayer de pointer la responsabilité sur M. Gibelin."

Eric Coquerel déplore le fait que la présidente de la Commission souhaiterait la conclure vendredi, moins de quatre jours après le début des auditions. "Malheureusement, je pense que le groupe En Marche ne veut pas connaître la vérité parce qu'elle implique l'Élysée et que, manifestement, [le groupe] est au service de l'Élysée et non pas de la souveraineté populaire."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.