Affaire Benalla : l'Ifop et "Le JDD" ont décalé la parution de la cote de popularité de Macron "compte tenu de l'actualité"

Chaque mois, depuis le début de la Ve République, la cote de popularité du président et du Premier ministre est mesurée par l'institut de sondage.

Capture d\'écran de la une du \"Journal du dimanche\" le 22 juillet 2018.
Capture d'écran de la une du "Journal du dimanche" le 22 juillet 2018. (LE JDD)

Il n'a pas été publié, mais n'a pas "disparu". Les résultats du baromètre sur la cote de popularité d'Emmanuel Macron, qui devaient être révélés dimanche 22 juillet, seront finalement connus plus tard que prévu. Cette enquête d'opinion, réalisé par l'institut de sondage Ifop, paraît chaque mois dans Le Journal du dimanche"Avec Hervé Gattegno [directeur de la rédaction du JDD], nous avons pris la décision de décaler la publication à la semaine prochaine, compte tenu de l'actualité", affirme Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop, contacté par franceinfo. L'idée est de prendre compte l'effet de l'affaire Alexandre Benalla sur l'opinion publique.

Le résultat de ce sondage, créé en 1958, dont l'objectif est de mesurer la popularité du président de la République et du Premier ministre en exercice, est publié chaque mois dans le Journal du dimanche. Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, a donc pointé sur Twitter son absence dans la dernière édition de l'hebdomadaire.

D'autres utilisateurs du réseau social lui ont emboîté le pas, laissant entendre que l'exécutif avait une responsabilité dans ce choix. Ce qui n'est pas le cas, insiste le patron de l'institut de sondage. "Il n'y a pas de truc caché", assure-t-il. 

Rendez-vous le dimanche 29 juillet

Frédéric Dabi explique aussi qu'habituellement, l'Ifop réalise un sondage auprès d'environ 2 000 personnes en deux fois. Sauf en juillet et en août, mois d'été au cours desquels le dispositif est allégé, précise Frédéric Dabi. Ainsi, pour ce baromètre, il n'y a eu qu'une "seule vague" de personnes interrogées. Un sondage a bien été réalisé jeudi. Il était prêt à être publié dimanche. Mais il ne l'a pas été car il était devenu trop décalé par rapport à l'actualité, explique à franceinfo David Revault d'Allonnes, chef du service politique du JDD.

L'enquête Ifop ayant été analysée trop tôt pour mesurer l'impact de l'affaire Benalla sur la popularité d'Emmanuel Macron, le sondage ne reflétait pas l'émotion créée dans l'opinion. C'est pourquoi nous avons décidé de repousser la publication, afin de disposer d'une enquête Ifop plus complète, qui prend en compte l'ampleur du scandale.David Revault d'Allonnesà franceinfo

Un autre sondage sera réalisé dans la semaine. "Cette deuxième vague nous permettra de publier un sondage plus juste et tenant compte de la tempête politique qui va s'agiter toute la semaine", précise David Revault d'Allonnes. Le premier sondage sera utilisé, et comparé aux résultats de la deuxième enquête, pour voir s'il y a, ou pas, une conséquence de cette affaire dans l'opinion publique. Le tout sera publié dans l'édition du Journal du dimanche datée du 29 juillet. "On avait fait la même chose lors de l'affaire Cahuzac, souligne Frédéric Dabi. Rendez-vous, donc, dimanche !"