Affaire Benalla : de nouvelles révélations

Nouveaux rebondissements dans l'affaire Benalla. France 3 revient ce vendredi soir sur les dernières informations.

Voir la vidéo
France 3

D'un pas rapide, Alexandre Benalla, le collaborateur d'Emmanuel Macron accusé de violences lors des manifestations du 1er-Mai, s'est présenté ce vendredi 20 juillet au matin à la police judiciaire. Il y a aussitôt été placé en garde à vue pour violences en réunion et usurpation de fonction. Au même moment, l'Élysée a annoncé une procédure de licenciement à son encontre.

Une seconde garde à vue

Vendredi 20 juillet, une nouvelle vidéo a dévoilé ses agissements sous un autre angle. On y voit clairement le conseiller d'Emmanuel Macron saisir au cou un jeune homme puis, lui asséner un violent coup de pied sur le thorax. "Il en a rajouté. [...] On va dire qu'il s'est un peu défoulé", confie un témoin. Ce vendredi, on a également appris qu'Alexandre Benalla bénéficiait d'une voiture de fonction, d'un chauffeur et d'un appartement dans une dépendance de l'Élysée où il s'était installé il y a 10 jours. Par ailleurs, Vincent Crase, un gendarme réserviste proche d'Alexandre Benalla également impliqué, a lui aussi été placé en garde à vue.

Vincent Crase (à gauche) et Alexandre Benalla lors d\'une manifestation à Paris, le 1er mai 2018.
Vincent Crase (à gauche) et Alexandre Benalla lors d'une manifestation à Paris, le 1er mai 2018. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)