Affaire Benalla : bras de fer avec le Sénat

Alexandre Benalla refuse de témoigner à la commission d'enquête du Sénat. Mis en examen pour violences contre un manifestant, son avocat a déclaré qu'il préférait réserver ses déclarations à la police.

Voir la vidéo

Mis en examen pour violences en marge des manifestations du 1er-Mai, l'ancien chargé de mission à l'Élysée, Alexandre Benalla, devait être entendu par la commission d'enquête du Sénat. Dans un mail qu'a pu consulter Le Figaro, la commission d'enquête l'invite à être auditionnée le 19 septembre, mais Alexandre Benalla n'ira pas. Selon son avocat , il est obligé de réserver ses réponses aux juges d'instruction qui doivent l'entendre fin septembre. Le président de la commission, Philippe Bas, ne pense pas que ce soit un argument valable. "Je m'intéresse à tout ce qui s'est passé avant [les faits] et tout ce qui s'est passé après, c'est-à-dire le fonctionnement de l'État".

Deux ans d'emprisonnement et 7 500 € d'amende

Le Sénat s'est fendu d'un communiqué mardi 11 septembre sous forme d'un rappel à la loi : "Toute personne dont une commission d'enquête [...] a jugé l'audition utile, est tenue de déférer à la convocation délivrée, sous peine de deux ans d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende". Le Sénat rappelle également des précédents, comme l'affaire Cahuzac, l'ex-ministre convoqué par la commission d'enquête alors qu'il faisait l'objet de poursuites judiciaires. Même chose pour le préfet Bernard Bonnet et l'affaire des paillotes corses.

Le JT
Les autres sujets du JT
Alexandre Benalla aux côtés d\'Emmanuel Macron, le 24 février 2018 au Salon de l\'agriculture à Paris.
Alexandre Benalla aux côtés d'Emmanuel Macron, le 24 février 2018 au Salon de l'agriculture à Paris. (STEPHANE MAHE / REUTERS)