Cet article date de plus de trois ans.

14-juillet : un défilé qui attire toujours, malgré quelques couacs

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
14-juillet : un défilé qui attire toujours, malgré quelques couacs
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Pour rendre hommage aux forces armées, plus de 4 200 militaires ont défilé sur les Champs-Élysées. Plusieurs milliers de Français avaient aussi fait le déplacement. 

Les Champs-Élysées, à Paris, avaient revêtu leurs habits bleu, blanc et rouge ce samedi 14 juillet. Plus que jamais, à la veille d'une finale France-Croatie en Coupe du monde, on sentait une ferveur particulière autour du drapeau national. Pour Emmanuel Macron, ce défilé du 14 juillet était le second de son quinquennat. Un défilé au cours duquel le président de la République a passé les troupes en revue. Quelque 4 290 militaires étaient présents, ainsi que 64 avions et 30 hélicoptères. Une parade sous le signe de la fraternité.

Une parade en hommage aux troupes engagées dans la lutte contre le terrorisme en France et sur les terrains extérieurs. Une parade en hommage également au gendarme Arnaud Beltrame, mort en héros lors de l'attaque du supermarché de Trèbes, avec le passage de la promotion de gendarmerie qui porte son nom. Hommage aussi aux unités envoyées au secours des sinistrés des ouragans Irma et Maria dans les Antilles.

Une cérémonie et quelques accrocs

Sur les Champs-Élysées, les Français forment une foule particulièrement sensible à ce message de solidarité nationale. Pour beaucoup, c'est une occasion de témoigner de leur confiance et de leur gratitude aux soldats français. Cependant, cette cérémonie d'hommage a connu quelques couacs. Lors du passage des neuf Alpha Jet de la Patrouille de France, les couleurs du drapeau français étaient quelque peu désordonnées, la faute à un mauvais chargement de fumigène. Puis, devant la tribune présidentielle, deux motards de la gendarmerie ont été victimes d'un léger accrochage. Mais le spectacle séduit toujours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.