Vidéo Présidentielle 2022 : Éric Piolle veut casser "la logique d'accumulation des profits" avec une "écologie concrète" et des mesures publiques

Publié
Article rédigé par
Radio France

"J'ai vu la puissance de la transformation locale à Grenoble, j'ai vu aussi les limites de cette transformation locale quand l'État continue d'entretenir cette logique d'accumulation des profits comme l'alpha et l'oméga de la société", défend le maire de Grenoble, candidat à la primaire écologiste.

"Le cap que nous proposons est celui d'une écologie concrète qui propose des mesures concrètes", a soutenu jeudi 9 septembre sur franceinfo Éric Piolle, maire de Grenoble et candidat à la primaire écologiste en vue de la présidentielle de 2022. Selon lui, "les gestes du quotidien sont importants mais les trois quarts des mesures à prendre sont des mesures publiques", qui "relèvent de l'action publique". "C'est le sens de ma candidature à la présidentielle", a-t-il insisté.

"J'ai vu la puissance de la transformation locale à Grenoble, j'ai vu aussi les limites de cette transformation locale quand l'État avec son 'en même temps' continue de répondre aux lobbies, quand l'État continue d'entretenir cette logique d'accumulation des profits comme l'alpha et l'oméga de la société", a-t-il poursuivi. 

"Nous sommes tous résistants au changement et pourtant nous savons que nous avons des changements à faire".

Éric Piolle

à franceinfo

Parmi les 144 propositions de son programme "pour baisser les gaz à effet de serre", Éric Piolle propose de nationaliser les autoroutes, ce qui est également le cas d'autres candidats dont Marine le Pen, la cheffe du Rassemblement national. "La privatisation des autoroutes a été un fiasco", a-t-il déploré. Selon lui, "les infrastructures de réseaux doivent être publiques" car "privatiser les biens communs nuit au collectif et à l'intérêt général". Il a ainsi dénoncé cette logique des années 1980-2000 qui consiste à "brader le service public, parce qu'on pensait que le privé allait être plus efficace". "Non, répond l'élu écologiste, là il n'est pas plus efficace".

Concernant les tarifs des autoroutes, Éric Piolle a estimé qu'il n'y avait "pas matière à les baisser". "Aujourd'hui, il y a 15 % à 20 % qui partent en profit pour les sociétés autoroutières, ces 15 % à 20 % il n'y a pas de raison de les laisser au privé", a-t-il précisé, proposant de "les réinjecter pour changer nos modes de déplacements et accompagner les mesures sociales".

Sur la question du déploiement de la 5G, Eric Piolle a précisé qu'il ne s'agissait pas de revenir en arrière. Toutefois, "nous avons besoin de contrôler les usages du numérique", a-t-il considéré. "Il y a un danger autour de la société de surveillance, un danger aussi géopolitique, on le voit avec la Chine et toutes ces affaires de contrôle des données". Le maire écologiste a dit vouloir proposer "un conseil citoyen permanent pour contrôler les usages" et "maîtriser les limites". Éric Piolle pointe également la surconsommation électrique et propose de rapatrier les data centers des campagnes dans les villes et de les connecter aux réseaux de chaleur urbain "pour chauffer les bâtiments".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire écologiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.