Ces politiques ont marqué 2020 et compteront en 2021 : Anne Hidalgo, maire de Paris

Toute la semaine, franceinfo vous propose une série de portraits des personnalités politiques de l'année 2020 avec qui il faudra compter en 2021. Aujourd'hui, la maire de Paris, Anne Hidalgo. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Anne Hidalgo visite un centre Covidsan à la mairie du 18eme arrondissement de Paris, le 15 octobre 2020. (MAXPPP)

Sa réélection l'a confortée, peut-être même réconfortée. Anne Hidalgo, très affaiblie en 2018, a été brillament réélue maire de Paris après une campagne rocambolesque. Alors qu'elle affirmait ne penser qu'à Paris, le discours de la maire socialiste a changé en fin d'année. Elle ne s'interdit plus de penser à la présidentielle et entend en tout cas peser dans cette campagne. 2021 pourrait donc être l'année de la candidature.

En février 2018, quand un tribunal annule la décision emblématique de piétonniser les voies sur berge, la maire de Paris est bien seule. La République en marche se voit déjà rafler la capitale. Seule une poignée de fidèles y croit encore. 

"Son courage, sa ténacité... C'est cette détermination qu'elle peut avoir à prendre à bras le corps les problèmes les plus difficiles."

Audrey Pulvar

franceinfo

La maire de Paris a fait une campagne courte et sans risque, laissant La République en marche se saborder elle-même. Facilement réelue, avec un programme résolument écologiste, son nom revient depuis régulièrement pour incarner la gauche à la présidentielle 2022, et son entourage, notamment l'ancienne journaliste Audrey Pulvar, désormais adjointe à la mairie de Paris, l'encourage : "À titre personnel, je souhaite qu'Anne Hidalgo soit candidate en 2022 et je lui en parle. Elle me fait la même réponse qu'elle fait à tout le monde, à savoir qu'elle prendra ses responsabilités mais qu'elle n'y pense pas particulièrement aujourd'hui."

Des tensions avec les Verts

Pourtant ce deuxième mandat a mal débuté avec les Verts, partenaires de la majorité. L'affaire Christophe Girard, du nom de l'ancien adjoint à la culture, dont les Verts ont demandé la démission en raison de sa proximité avec Gabriel Matzneff, a laissé des traces, comme l'explique Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo : "Quand il y a marqué 'Bienvenue à Pédoland', ou quand vous avez le détournement de notre marque de campagne 'Paris en commun' en 'Pédo en commun', nous considérons que c'est assez proche de l'insulte. On n'a donc pas du tout aimé et on l'a dit."

Mais c'est surtout une interview d'Anne Hidalgo sur BFMTV en novembre dernier qui a mis le feu aux poudres. Dans celle-ci, la maire de Paris montre son désaccord avec une partie de ses alliés d'ELLV qui expriment des réticences au moment de voter un voeu visant à renommer un lieu en hommage à Samuel Paty. L'élue déclare alors que "chacun doit être au clair avec son rapport à la République."

Un œil sur les élections régionales

Accusés d'ambiguïté, les élus écologistes ne comprennnent pas où l'élue socialiste veut en venir. C'est le cas de Raphaëlle Rémy-Leleu, conseillère EELV de Paris : "J'ai trouvé la notion d'ambiguïté répétée par Anne Hidalgo assez ambiguë puisque quand on lui demandait : quelles ambiguïtés avec la République ? il n'y avait pas vraiment de contenu à la réponse. C'est donc extrêmement étrange de nous renvoyer ça, d'autant plus que le seul parti que l'on a accusé de ne pas être républicain et de ne pas être dans le champ républicain, c'est le Front national."

Son entourage l'a dit concentrée sur la gestion de la crise sanitaire et la future campagne de vaccination mais elle surveille aussi les régionales en Ile-de-France, avec une très probable candidature d'Audrey Pulvar qui servira de test grandeur nature à une éventuelle candidature à l'automne à la présidentielle. Sauf que pour gagner, il faudra s'entendre avec les Verts, ce qui est plutôt mal engagé

Ces politiques ont marqué 2020 et compteront en 2021 : Anne Hidalgo
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.