Arnaud Montebourg : "Un président, ça ne fait pas un bon candidat"

Arnaud Montebourg faisait sa rentrée dimanche dans le Gard. Pour l'ancien ministre de l'Economie, ça ne fait aucun doute, François Hollande ne pourra pas se représenter en 2017 ; une primaire est inéluctable.

(Arnaud Montebourg et François Hollande en juillet dernier © Maxppp)

Arnaud Montebourg n’est plus ministre mais quand il parle, il s’en prend toujours au gouvernement et à sa politique d’austérité. Celui qui n’est plus qu’un simple conseiller général de Saône-et-Loire (et encore seulement pour cinq mois) n’y est pas allé avec le dos de la cuillère dimanche dans le Gard où il faisait sa rentrée.

Arnaud Montebourg décrit François Hollande comme un "esprit solitaire qui a parfois tous les pouvoirs ". Il ne le dit qu'en petit comité, pourtant il en est persuadé : "la primaire est inéluctable ". Autrement dit, François Hollande ne peut pas se présenter en 2017.

Quand il est rentré de ses vacances aux Etats-Unis, l’ancien ministre a tiqué sur les résultats d’un sondage : à la question "Souhaitez vous que cette personnalité soit président ?", François Hollande ne séduit que 2% des votants, lui grimpe à 23%. Et ça lui donne des ailes.

Pour 2017 il ne restera plus que... lui

Arnaud Montebourg se lâche : "président ça n’a jamais fait un candidat ". Son analyse est simplissime : au plus bas dans les sondages, sans résultats positifs puisque sa politique n’est pas la bonne, le chef de l'Etat ne pourra pas se représenter en 2017.

Sur l’échiquier, il ne restera ni Manuel Valls - qui portera le bilan du gouvernement comme un boulet -, ni Martine Aubry - qui n’aura pas le courage d’y aller. Il ne restera donc plus que... lui, Arnaud Montebourg, pour rassembler les socialistes. Ses proches y croient dur comme fer : il a toutes ses chances à la prochaine présidentielle. D’ailleurs il le dit sans minauder : "la présidentielle, c’est la seule élection qui m’intéresse ".  

A lire aussi ►►► Quel avenir politique pour Arnaud Montebourg ?