Cet article date de plus de six ans.

Sarkozy sur écoute : Eric Ciotti veut empêcher les magistrats d'être syndiqués

Le député UMP des Alpes-Maritimes doute de "l'impartialité des juges", après les révélations concernant la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un membre du Syndicat de la magistrature manifeste devant le palais de Justice de Bobigny, le 29 septembre 2006. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

 

C'est sa solution, après la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy. Le député UMP des Alpes-Maritimes Eric Ciotti préconise dans une interview au Journal du Dimanche d'interdire l'appartenance syndicale des magistrats. Selon lui, les écoutes judiciaires, ajoutées à l'affaire, plus ancienne, du "Mur des cons" ont mis à mal la confiance des Français en une justice impartiale.

"Je vais déposer une proposition de loi constitutionnelle pour supprimer tout lien de dépendance qui pourrait peser sur l'impartialité des juges", déclare-t-il à l'hebdomadaire. "Je proposerai d'abord d'interdire l'appartenance syndicale, en renouant avec l'esprit originel des magistrats, qui date de 1958", précise le député. Eric Ciotti nie toute atteinte à la liberté syndicale dans sa proposition et déplore que des "magistrats censés rendre la justice au nom du peuple expriment sous couvert de liberté syndicale des positions politiques souvent tranchées".

Eric Ciotti voudrait aussi rendre obligatoire "l'avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature dans toute nomination de procureur". Il préconise en outre de renforcer les sanctions pénales en cas de violation du secret de l'instruction, en permettant la radiation à vie "de tout détenteur de l'autorité publique condamné pour violation du secret de l'instruction""Cette violation (...) transforme une présomption d'innocence en une présomption de culpabilité médiatique", estime le député, "scandalisé" par la violation du secret de l'instruction dans l'affaire des écoutes visant Nicolas Sarkozy et son avocat.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.