Info franceinfo Affaire des écoutes : le procès, qui s’ouvre le 23 novembre, sera rapidement suspendu en raison de l’absence d’un des prévenus

Gilbert Azibert, âgé de 74 ans, n'est pas en état de comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris en raison du risque lié au Covid-19, selon un certificat médical. L'audience sera suspendue le temps de réaliser une expertise médicale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Cour de Cassation, Paris, septembre 2018. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Le procès de l’affaire dite des écoutes, au cours duquel comparaîtra Nicolas Sarkozy et qui va débuter le lundi 23 novembre, sera suspendu peu après son ouverture, en raison de l’absence d’un des trois prévenus, a appris franceinfo de sources concordantes vendredi 13 novembre.

Le tribunal va ordonner une expertise médicale

Gilbert Azibert, ancien avocat général de la Cour de cassation, âgé de 74 ans, n'est pas en état de comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris selon un certificat médical qui fait valoir des facteurs de risque par rapport au Covid-19. Lors de l’ouverture du procès le 23 novembre, la présidente du tribunal correctionnel va donc ordonner une expertise médicale. Elle sera réalisée à Bordeaux où le prévenu réside. Le temps d’avoir les conclusions, l’audience sera suspendue.

>> Nicolas Sarkozy renvoyé en correctionnelle pour "corruption" et "trafic d'influence" dans l'affaire des écoutes.

Nicolas Sarkozy doit être jugé du 23 novembre au 10 décembre pour "corruption" dans cette affaire. Il est soupçonné d’avoir tenté, avec son avocat Thierry Herzog, d’obtenir du haut magistrat Gilbert Azibert des informations couvertes par le secret dans une procédure judiciaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.