Cet article date de plus de sept ans.

Ziad Takieddine entendu par le juge dans l'affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007

L'homme d'affaires franco-libanais pourrait être placé sous le statut de témoin assisté ou mis en examen à l'issue de son audition.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Ziad Takieddine à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 17 novembre 2016. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Ziad Takieddine est arrivé, mercredi 7 décembre, au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, pour être entendu par le juge d'instruction dans l'affaire du financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. L'homme d'affaires franco-libanais a affirmé mi-novembre avoir personnellement remis cinq millions d'euros  en provenance du régime libyen de Kadhafi à Claude Guéant et à Nicolas Sarkozy.

"Il est temps qu'on fasse la lumière" sur cette affaire

Ziad Takieddine risque une mise en examen dans l'enquête ouverte depuis 2013 sur cette affaire. Il pourrait également ressortir sous le statut de témoin assisté, à l'issue de son audition chez le juge Serge Tournaire. "Il est temps qu'on fasse la lumière sur tout, et à la justice de le faire", a déclaré Ziad Takieddine à l'AFP, en arrivant au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris.

Les juges disposent de plusieurs témoignages non-étayés d'anciens hauts responsables du régime libyen dans cette affaire. Ils évoquent des flux financiers impliquant des protagonistes liés à l'ancien régime de Kadhafi, qui auraient servi à financer la campagne de Nicolas Sarkozy.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.