Cet article date de plus de quatre ans.

Argent libyen : quatre questions sur les accusations de Takieddine contre Guéant et Sarkozy

L'homme d'affaires franco-libanais affirme, dans un entretien filmé par Mediapart, avoir remis des valises de billets à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy entre 2006 et 2007, avant la campagne présidentielle. Mais les preuves tangibles de ce transfert manquent.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine lors d'une conférence de presse à Paris, le 8 octobre 2012. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

"J’ai découvert des choses qui ne méritent plus d’être cachées", lance Ziad Takieddine face caméra à Mediapart (article payant), dans un entretien mis en ligne le 15 novembre 2016. L'homme d'affaires franco-libanais affirme avoir remis à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy 5 millions d'euros en espèces provenant du régime Kadhafi en Libye, peu avant la campagne présidentielle de 2007. Ce n'est pas la première fois que Ziad Takieddine accuse l'ancien président d'avoir perçu des fonds libyens pour cette campagne. Franceinfo fait le point sur ces dernières révélations. 

Que dit Ziad Takieddine dans cet entretien ?

L'homme d'affaires assure avoir transporté, entre novembre 2006 et début 2007, un total de 5 millions d'euros dans des valises lors de trois voyages, entre la Libye et la France. Les deux premières valises auraient été déposées directement dans le bureau de Claude Guéant, alors directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy. Pour le troisième voyage, Ziad Takieddine affirme avoir effectué la remise, toujours place Beauvau, mais "directement en haut" dans un appartement où se trouvait Nicolas Sarkozy, avec qui il dit avoir évoqué le dossier des infirmières bulgares alors emprisonnées en Libye.

Les valises d'argent lui auraient été remises à Tripoli par l'ancien chef des services secrets libyens, Abdallah Senoussi. Interrogé dans une prison libyenne, en septembre 2012, dans le cadre de poursuites de la Cour pénale internationale, Abdallah Senoussi a affirmé avoir "personnellement supervisé" le transfert de 5 millions d'euros à la campagne en "2006-2007".

Comment réagissent Claude Guéant et Nicolas Sarkozy ?

Interrogé par Mediapart, Claude Guéant a nié en bloc les nouvelles accusations de Ziad Takieddine. "Je n’ai jamais reçu d’espèces du gouvernement libyen, non plus de quiconque d’autre du reste. Je n’en ai pas davantage vu passer. Le prétendre est mensonger et diffamatoire", a-t-il déclaré au site. Par ailleurs, l'ancien ministre de l'Interieur a annoncé son intention de déposer plainte pour diffamation contre Ziad Takieddine.

Egalement contacté par le site d'information, l’entourage de Nicolas Sarkozy n’a pas souhaité réagir. Son avocat annonce également des poursuites judiciaires, à la suite de ces accusations.

Ces accusations sont-elles nouvelles ?

Ce n'est pas la première fois que Ziad Takieddine lance des accusations sur un éventuel financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Entendu le 9 mai 2012 par le juge Renaud Van Ruymbeke dans le volet financier de l'affaire Karachi, un dossier dans lequel il est mis en examen, l'homme d'affaires franco-libanais avait estimé que "les informations révélées par la presse au sujet du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007" étaient "tout à fait crédibles", selon des éléments dont l'AFP a eu connaissance. Mais il n'avait jamais indiqué, lors de ces auditions devant les enquêteurs, avoir lui-même transporté de l'argent. Alors pourquoi le fait-il maintenant ?

Mediapart (article payant) avait publié, entre les deux tours de la présidentielle de 2012, une note accréditant un soutien financier libyen à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, pour un montant de 50 millions d’euros. Les modalités de versement avaient été décidées, toujours selon cette note, lors d'une réunion le 6 octobre 2006 en présence de Brice Hortefeux et de Ziad Takieddine. La note est signée de l'ex-chef des services de renseignements extérieurs de la Libye, Moussa Koussa.

Nicolas Sarkozy  a porté plainte contre Mediapart, affirmant que la note publiée était un faux grossier. La plainte contre le site d'information s'est finalement soldée par un non-lieu, en juin 2016. "Selon l’ordonnance de non-lieu, cette note signée Moussa Koussa a toutes les caractéristiques d’un document officiel libyen", rapporte Le Monde.

Où en est l'enquête sur le financement libyen ?

Après les déclarations de Ziad Takieddine au juge Renaud Van Ruymbeke, une information judiciaire a été ouverte contre X pour "trafic d’influence", "faux et usage de faux", "abus de biens sociaux", "blanchiment, complicité et recel de ces délits", en avril 2013.

Après trois ans et demi d'investigations des juges du pôle financier, Le Monde a publié une longue enquête sur les avancées de l'instruction. Il n'y a toujours aucune preuve tangible concernant un financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par les circuits de Mouammar Kadhafi. Mais, selon le quotidien, des indices s'accumulent. Le journal avance que les magistrats instructeurs jugeraient désormais "probable l'hypothèse d'un financement libyen". Ils disent s'appuyer sur de nombreux témoignages. 

Les enquêteurs s'intéressent également au rôle trouble de l'entourage de Nicolas Sarkozy, et notamment à Alexandre Djouhri, intermédiaire incontournable des relations franco-libyennes entre 2007 et 2012. Un temps proche du banditisme francilien avant d'être introduit dans la "Chiraquie", cet homme d'affaires serait, selon Le Monde, un acteur décisif du réseau censé protéger l'ancien président de poursuites judiciaires. Alexandre Djouhri est soupçonné par les juges d'avoir mis ses compétences au service du financement occulte de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. 

Sollicité par la justice française, Alexandre Djouhri ne s'est pas rendu aux convocations des juges. Il aurait quitté la France depuis mars 2015 et la mise en examen de Claude Guéant dans l'affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Financement de la campagne 2007 de Sarkozy

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.