VIDEO. Bernard Tapie quitte le plateau d'Europe 1, refusant de répondre aux accusations de son ancien collaborateur

Marc Fratani, qui a été l'attaché parlementaire de l'homme d'affaires, l'accuse d'avoir acheté des arbitres lorsqu'il était président de l'OM.

Bernard Tapie, le 27 septembre 2018, à Liège en Belgique. 
Bernard Tapie, le 27 septembre 2018, à Liège en Belgique.  (EMMANUEL DUNAND / AFP)

"Je ne vous répondrai pas, et vous ne serez pas la première. Allez, au revoir !" Invité sur Europe 1, lundi 4 mars, Bernard Tapie a quitté le studio de radio lorsqu'il a été interrogé sur les récentes accusations de son ancien attaché parlementaire, Marc Fratani, dans les pages du Monde. Ce dernier affirme que l'ex-président de l'OM lui a demandé d'acheter un arbitre avant un match contre le PSG. 

Interrogé sur ces accusations, Bernard Tapie a d'abord répondu : a tombe bien qu'il ait fait ça parce que j'ai demandé à la Ligue [de football professionnel], par l'intermédiaire de mon avocat, qu'elle le convoque pour qu'il dise qui. S'il y a un arbitre qui accepte d'être payé pour un match, il faut le savoir." 

Il a ensuite haussé le ton. "Je suis venu parler de mon procès et de ce qui se passe dans notre pays. (...) Si on passe la matinée à parler de Fratani, je me lève et je vous laisse toute seule", a-t-il affirmé à la journaliste Audrey Crespo-Mara, avant de mettre sa menace à exécution. 

"C'est assez malhonnête

"Quand Bernard Tapie a accepté mon invitation hier, nous avons longuement échangé. Ils savaient que nous allions parler des accusations de Marc Fratani, son ancien collaborateur, que l'on allait donc parler de son accusation d'achat d'arbitre, a ensuite précisé à l'antenne la journaliste Audrey Crespo-Mara. Il était d'accord pour en parler. (...) Je trouve assez malhonnête le fait de partir de ce studio alors qu'il savait que nous en parlerions."