Corse : treize policiers et un gendarme blessés lors des rassemblements devant deux casernes

Elles accusent les CRS de Furiani d'avoir chanté "La Marseillaise" pendant les obsèques d'Yvan Colonna vendredi. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Quelques manifestants ont été légèrement blessés à Bastia, selon les pompiers. (RAPHAEL POLETTI / MAXPPP)

Treize policiers et un gendarme ont été blessés lors des rassemblements devant deux casernes à Furiani près de Bastia et à Ajaccio, en Corse, a appris franceinfo de source policière lundi 28 mars matin. La majorité des forces de l'ordre blessées l'ont été devant la caserne d'Aspretto à Ajaccio. Les pompiers ont indiqué à l'AFP que quelques manifestants avaient été légèrement blessés à Bastia.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant la caserne d'Aspretto et surtout devant le camp de cantonnement de CRS de Furiani dimanche car elles accusent les CRS de Furiani d'avoir chanté La Marseillaise pendant les obsèques d'Yvan Colonna vendredi. Une vidéo montrant les CRS chanter a été diffusée sur Twitter notamment par la sœur d'Yvan Colonna.

L'heure et le jour des vidéos pas encore confirmés

franceinfo a pu visionner lundi une deuxième vidéo sous un autre angle, qui semble montrer la même scène. Mais comme la première vidéo, cette dernière est aussi filmée de loin, ne permettant pas de voir les visages des CRS chanter La Marseillaise. L'heure et le jour des deux vidéos ne sont par ailleurs pas confirmés.

franceinfo a pu se faire confirmer de so+urces policières qu'un barbecue avait été organisé dans ce cantonnement de CRS, mais que cela n'avaient aucun rapport avec les obsèques du nationaliste corse.

Ce lundi matin, une source syndicale explique à franceinfo que les CRS ont pour habitude, pendant leurs missions, d'organiser un repas lors des jours non-travaillés, souvent accompagnés de chants dont La Marseillaise.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Assassinat d'Yvan Colonna en prison

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.