VIDEO. Nicolas Bay dénonce un "acharnement" de la justice contre Patrick Balkany

Le député européen estime que l'incarceration du maire de Levallois-Perret n'est pas nécessaire, car il ne représente pas de "risque majeur pour la société".

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

L'emprisonnement de Patrick Balkany après sa condamnation pour fraude fiscale à quatre ans de prison ferme "pose le problème de l'acharnement" de la justice, selon Nicolas Bay. Le député européen du Rassemblement national (RN) en a profité pour dénoncer, lundi 16 septembre sur franceinfo, "une volonté délibérée d'interférer dans le politique" de la part de certains magistrats, en citant l'affaire des assistants parlementaires du RN, mais aussi l'affaire Fillon et le prochain procès de Jean-Luc Mélenchon.

"Deux poids, deux mesures" 

"Patrick Balkany n'est pas au-dessus des lois, les responsables politiques ne sont pas au-dessus des lois, ils sont des justiciables comme les autres, ils doivent être sanctionnés comme les autres. Mais ils ne sont pas non plus en-dessous de tous et de tout", a déploré Nicolas Bay, trouvant cette position "totalement déraisonnable" et trouvant qu'il "semblerait normal" qu'il soit remis en liberté.

"On voit très bien qu'il y a un deux poids deux mesures, et quand il y a un deux poids deux mesures, la justice n'est plus la justice, a-t-il poursuivi. Tous les jours je vois des violeurs, des voleurs, des trafiquants de drogue qui sortent des tribunaux correctionnels libres alors qu'ils représentent un danger majeur pour la société." Le député européen, a notamment cité le prochain procès de Jean-Luc Mélenchon pour rébellion qu'il a jugé "grotesque".

Cet acharnement porte gravement atteinte à la fois à la séparation des pouvoirs, à l'indépendance de la justice. Il ternit lourdement le prestige, la légitimité, la réputation de l'institution judiciaire.

Nicolas Bay

"D'une manière générale, Il y a dans la magistrature un certain nombre de personnes qui cherchent à empiéter sur le pouvoir politique", a affirmé l'élu. Nicolas Bay a fait le rapprochement avec l'affaire des assistants parlementaires européens du RN, dont le magistrat instructeur aurait "un engagement politique", puisqu'il "est responsable d'une organisation syndicale qui appelle à voter contre le RN".

"Pour préserver l'indépendance de la justice, il faut que les magistrats respectent un minimum de réserve dans le débat politique", a conseillé Nicolas Bay, qui s'est défendu de toute "solidarité politique" avec les membres des autres partis poursuivis. 

Nicolas Bay, député européen du Rassemblement national, invité de franceinfo le 16 septembre 2019.
Nicolas Bay, député européen du Rassemblement national, invité de franceinfo le 16 septembre 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)