Patrick et Isabelle Balkany reconnus coupables de fraude fiscale, le maire de Levallois-Perret condamné à quatre ans de prison ferme

Patrick Balkany dormira en prison dès vendredi soir. Il est incarcéré à la prison de la Santé, à Paris.

Isabelle Balkany et Patrick Balkany lors d\'un conseil municipal à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 15 avril 2019.
Isabelle Balkany et Patrick Balkany lors d'un conseil municipal à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 15 avril 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le couple Balkany a été reconnu coupable de fraude fiscale, vendredi 13 septembre. Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a été condamné à quatre ans de prison avec incarcération immédiate. Il doit dormir dès vendredi soir à la prison de la Santé, à Paris. Son avocat, Eric Dupond-Moretti, a immédiatement annoncé son intention d'"interjeter appel".

Isabelle Balkany, première adjointe de son époux, a été condamnée à trois ans de prison ferme mais sans mandat de dépôt, le tribunal tenant compte de son état de santé au moment du procès. Elle n'y avait pas assisté, convalescente après une tentative de suicide début mai. Le couple a également été condamné à 10 années d'inéligibilité et dix ans d'interdiction de gérer une société.

Isabelle Balkany se dit "triste et inquiète"

"Je suis bouleversée, meurtrie, triste et inquiète", a réagi Isabelle Balkany auprès de BFMTV. "Je suis fière de ce qu'il a accompli et de ce qu'il accomplira", a-t-elle déclaré au sujet de son époux. "Nous avons toujours assumé [des erreurs], encore faut-il que la sanction soit proportionnée à la faute", a-t-elle ajouté.

"Je suis sidéré par ce verdict mais je m'y attendais. J'avais prévenu tout le monde. On a là une leçon de morale publique. Mais on a oublié qu'il s'agissait de faits anciens et on a résumé toute sa vie à cette fraude. Ce mandat de dépot est inutile et impensable", a déclaré Eric Dupond-Moretti.

Il s'agit du premier des deux jugements attendus après le procès ultra-médiatique du printemps : pour le second volet, consacré aux délits de blanchiment et de corruption, le délibéré a été fixé au 18 octobre.