Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Accusations de viols : Damien Abad dénonce des "calomnies ignobles" lors de la passation de pouvoirs avec son successeur

Publié Mis à jour
VIDEO. "Je me défendrai sans relâche jusqu'à ce que la justice confirme mon innocence", déclare Damien Abad lors de la passation de pouvoirs
VIDEO. "Je me défendrai sans relâche jusqu'à ce que la justice confirme mon innocence", déclare Damien Abad lors de la passation de pouvoirs VIDEO. "Je me défendrai sans relâche jusqu'à ce que la justice confirme mon innocence", déclare Damien Abad lors de la passation de pouvoirs
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

L'ex-ministre des Solidarités fait l'objet d'une enquête du parquet de Paris pour "tentative de viol". Il a jugé "préférable, face aux calomnies ignobles dont [il est] la cible", de pouvoir se "défendre sans entraver l'action du gouvernement".

Son passage aura été bref. "Je quitte ce ministère des Solidarités avec beaucoup de regrets", a déclaré Damien Abad, lundi 4 juillet, lors de la passation de pouvoirs à son successeur Jean-Christophe Combe. "On ne m'aura pas laissé le temps mais jusqu'au bout j'ai assumé ma fonction de ministre", a-t-il ajouté, alors qu'il fait l'objet d'une enquête du parquet de Paris pour "tentative de viols".

"Je tiens à remercier chaleureusement le président de la République pour la confiance dont il me témoigne depuis le début", a notamment dit Damien Abad. "J'ai encore échangé longuement avec lui hier. Il paraissait préférable, face aux calomnies ignobles dont je suis la cible, orchestrées dans un calendrier bien choisi (…) que je puisse me défendre sans entraver l'action du gouvernement", a-t-il poursuivi.

"Je me défendrai sans relâche jusqu'à ce que la justice confirme mon innocence."

Damien Abad, ancien ministre des Solidarités

lors de la passation de pouvoirs

"Je me battrai aussi contre ce mouvement funeste qui relègue la présomption d'innocence au rang de vieillerie sans importance et qui fait de la calomnie une redoutable arme politique entre les mains d'esprits malveillants", a encore dit Damien Abad. "Chacun devrait mesurer la violence inouïe pour un être humain, pour une famille, pour des proches de telles pratiques savamment orchestrées et trop souvent relayées sans discernement médiatique." Il a conclu son intervention avec une citation de Montesquieu : "Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.