Cet article date de plus de quatre ans.

Pittsburgh : émotion et recueillement après la tuerie dans une synagogue

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Pittsburgh : émotion et recueillement après la tuerie dans une synagogue
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Un homme a tué 11 personnes dans une synagogue de Pittsburgh (États-Unis) samedi 27 octobre, avec la volonté revendiquée de tuer des membres de la communauté juive. Les réactions sont nombreuses dans le monde et l'émotion toujours très intense sur place.

À genoux, pour prier là où l'horreur a frappé. Un homme a tué 11 personnes dans une synagogue de Pittsburgh, aux États-Unis, samedi 27 octobre. À part quelques membres de la communauté juive, personne ne peut encore approcher la synagogue. Ce sont les policiers qui déposent des gerbes de la part des habitants, pour honorer la mémoire des 11 victimes. Toutes ont été identifiées, huit hommes, trois femmes de 54 à 97 ans, des fidèles tués parce qu'ils étaient juifs. Parmi eux, Daniel Stein, dont le neveu a tenté de le joindre en vain. "Son téléphone sonnait dans le vide, il ne répondait pas. On a compris qu'il se passait quelque chose. C'est un choc, on ne pouvait pas s'attendre à ça", explique ce dernier.

La sécurité renforcée devant les synagogues

C'est toute la communauté juive de Pittsburgh qui pleure ses morts. À travers tout le pays, des veillées de prières, des foules de toute religion sont rassemblées pour se recueillir et se réconforter, pour s'unir contre l'antisémitisme. La sécurité a été renforcée devant toutes les synagogues du pays, par mesure de précaution. "En tant que survivant de l'Holocauste, je n'aurais jamais pensé qu'après le nazisme, en venant sur cette terre de libertés j'aurais connu un tel antisémitisme", a déclaré dans un discours Arthur Schneier, rabbin de la synagogue Park East. En meeting dans l'Illinois, Donald Trump a invité un rabbin pour un temps de prière en mémoire des victimes. Le président américain a annoncé qu'il se rendrait sur le lieu de la tuerie dans les prochains jours et a demandé à ce que tous les drapeaux du pays soient mis en berne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.