Election américaine : comment Donald Trump manie une carte en trompe-l'œil depuis quatre ans

Une image des résultats de l'élection présidentielle de 2016 a ressurgi ces derniers jours. Problème, sa méthodologie et son usage par les républicains et les démocrates font polémique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.

Alors que les résultats définitifs de l'élection présidentielle américaine 2020 se font attendre, les médias et réseaux sociaux voient défiler d'innombrables cartes et graphiques pour analyser le scrutin. Et certaines représentations se sont transformées en armes d'une bataille très politique. En témoigne un visuel devenu viral : une carte des résultats de la présidentielle de 2016, tantôt représentés par comtés américains, tantôt en fonction du nombre d'électeurs. 

>> Election américaine : les dernières informations dans notre direct

"Land doesn't vote. People do", indique le visuel réalisé par le scientifique spécialiste des données Karim Douieb en février 2020 et partagé des milliers de fois. Comprendre : "Le territoire ne vote pas. Les gens, oui". En d'autres termes, la couleur rouge étalée sur des territoires peuplés de manière très variable est loin de prouver le soutien populaire dont a bénéficié Trump, et il est plus intéressant, et moins partial, de représenter les résultats en fonction du nombre de votes reçus. 

>> Election américaine : la carte des résultats en direct

En réalité, cette carte des résultats par comtés obsède Donald Trump depuis exactement quatre ans. Cette image où la grande majorité du territoire américain est teintée de rouge, il a même voulu qu'elle soit affichée dans les couloirs de la Maison Blanche, comme l'avait constaté un journaliste de la chaîne conservatrice Fox News, en mai 2017. 

Et c'est peu dire qu'il s'agit, pour Trump, d'une obsession. D'après le New York Times, le président gardait en réserve une pile de ces cartes en trompe-l'œil, qu'il distribuait à ses visiteurs en louant ses bons résultats, soulignant au passage à quel point les sondages s'étaient fourvoyés. En avril 2017, à l'approche de la date symbolique de ses 100 premiers jours en fonction, Donald Trump donnait de nouveau cette carte aux journalistes qui l'interviewaient. "Nous parlions du président chinois Xi et, d'un coup, il s'est interrompu lui-même en quelque sorte, et nous a donné cette carte", raconte alors Jeff Mason, correspondant de l'agence Reuters à la Maison Blanche. Dans le même temps, le président intimait au Washington Post d'afficher cette carte à sa une. Ce que le journal a refusé.

Moins d'un an plus tard, Donald Trump remet le couvert. "Une si belle carte", tweete-t-il en réponse à une internaute qui republie l'image. Et en octobre 2019, le président, visé par une enquête en destitution, tweete encore l'image d'un pays majoritairement rouge, assortie d'un commentaire : "Essayez de destituer ceci" .

Cette carte a également été massivement diffusée par les médias conservateurs, réputés pro-Trump, comme Fox News, Breitbart et Infowars, comme le relève le journaliste américain Alberto Cairo, dans son livre How charts lie (Comment les graphiques mentent, éd. W.W. Norton & Company, 2019). Le militant d'extrême droite Jack Posobiec est même allé jusqu'à la reprendre sur la couverture de son livre Citizens for Trump (éd. CreateSpace Independent Publishing Platform, 2017).

Une carte biaisée

Le problème de cette carte ? Donald Trump et ses supporters l'utilisent pour illustrer un supposé soutien populaire, à savoir le nombre de personnes qui ont voté pour le candidat républicain. Or la carte représente en réalité les comtés dans lesquels Donald Trump est arrivé en tête en 2016. Et l'information transmise est tout autre : il est vrai que Trump a gagné 84,5% des comtés, mais seulement 47% des votes. En d'autres termes, le président sortant a fait main basse sur des comtés peu peuplés. 

Pour avoir une meilleure idée de la répartition du nombre de personnes qui ont voté en 2016 pour le républicain Donald Trump et pour la démocrate Hillary Clinton, il faut redimensionner chaque comté en fonction du nombre de votes. Sur la carte ci-dessous, les cercles représentent les comtés et la taille de chacun est proportionnelle au nombre de voix du candidat arrivé en tête.

Résultats de l'élection présidentielle américaine 2016 (FRANCEINFO)

Le succès populaire de Donald Trump apparaît alors beaucoup moins évident. Et pour cause : en réalité, au niveau national, Hillary Clinton a remporté en 2016 plus de voix que Donald Trump.

Depuis quatre ans, les cartes des résultats de 2016 par comtés ont été régulièrement partagées sur les réseaux sociaux par les démocrates et les républicains pour se moquer les uns des autres. Ici, on représente les territoires, là le nombre de voix. Mais en réalité, aucun des deux camps ne choisit l'illustration la plus pertinente pour représenter les résultats de l'élection de 2016.

La carte des grands électeurs

Aux Etats-Unis, il n'est pas nécessaire d'obtenir la majorité des voix au niveau national pour être élu. Le scrutin présidentiel américain est indirect : les citoyens votent dans leur Etat respectif pour des grands électeurs à qui incombe la charge de désigner le nouveau président après les élections. Il y a au total 538 grands électeurs, répartis entre les Etats selon leur taille et de leur population. Le Montana et le Wyoming n'en comptent ainsi que trois, tandis que le Texas et la Californie en ont respectivement 38 et 55. Dans chaque Etat, le candidat qui obtient le plus de suffrages remporte l'ensemble de ses grands électeurs : on parle de "winner takes all" ("le gagnant remporte tout"). Et il faut avoir une majorité de grands électeurs, soit au moins 270, pour remporter l'élection.

Ainsi pour visualiser au mieux les résultats d'une élection présidentielle américaine, il ne s'agit pas de représenter le vote populaire, mais plutôt de visualiser les Etats avec une taille ajustée en fonction de leur nombre de grands électeurs. Voici un exemple de visualisation pertinent ci-dessous, avec les résultats de l'élection de 2016, réalisée par Karim Douieb.

Représentation des résultats de l'élection présidentielle de 2016 par Etats ou par grands électeurs. (Karim Douieb)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.