Etats-Unis : le chef de la police du Capitole présente sa démission après l'intrusion des militants pro-Trump

Après les intrusions violentes de mercredi, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, avait réclamé sa démission, qui prendra effet le 16 janvier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un officier de police du Capitole devant des partisans de Donald Trump, à Washington, aux Etats-Unis, le 6 janvier 2021. (CHERISS MAY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

"Je n'ai jamais connu pareille situation en trente ans de maintien de la sécurité publique." Le chef de la police du Capitole, Steven Sund, a présenté sa démission, dans une lettre datée du jeudi 7 janvier, adressée à ses supérieurs hiérarchiques et rendue publique par une journaliste de Politico.

>> Etats-Unis : les réactions après les violences au Capitole en direct

Le courrier, lapidaire, ne mentionne pas le motif de cette démission, qui sera effective le 16 janvier.

"Les actions de notre unité de police ont été héroïques au vu de la situation", a tenté de se défendre Steven Sund, qui parle d'une "attaque violente", "inédite". Au cours de l'intrusion violente des militants pro-Trump au Capitole, à Washington, 50 policiers ont été blessés. L'un d'entre eux est mort des suites de ses blessures jeudi soir.

"Un problème de leadership", selon Nancy Pelosi

Après les intrusions, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, avait réclamé cette démission après avoir évoqué un "problème de leadership" au sein de la police du Capitole. D'autres membres du congrès ont dénoncé le manque d'actions de cette police. "Si cela avait été une manifestation du mouvement Black Lives Matter, ils [les militants] auraient été traités très différemment de la foule qui a pris d'assaut le Capitole. Nous savons tous que c'est vrai, et c'est inacceptable", a dénoncé le président Joe Biden, au lendemain des affrontements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Présidentielle américaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.