Cet article date de plus de sept ans.

Etats-Unis: en 2008, les républicains ont assombri la peau de Barack Obama dans leurs spots de campagne

Une étude basée sur 126 spots montre que les républicains ont voulu provoquer un rejet raciste de l'électorat vis-à-vis du candidat démocrate.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
John McCain et Barack Obama, alors respectivement candidats républicain et démocrate à la présidentielle américaine, le 11 septembre 2008 à New York (Etats-Unis). (STEPHAN SAVOIA / AP / SIPA)

Il a fallu de fines analyses pour mettre à jour cette subtile stratégie politique. Des chercheurs américains ont publié, mi-décembre, une étude prouvant que la pigmentation de la peau de Barack Obama avait été rendu plus foncée dans les spots de publicité vantant son adversaire républicain John McCain lors de la campagne américaine de 2008.

La question du racisme est actuellement au cœur de la campagne américaine pour 2016. Ainsi, Donald Trump, le favori des sondages pour remporter l'investiture républicaine, multiplie les sorties provocantes sur ce thème qui avait donc déjà été utilisé, mais plus subtilement, par le camp républicain.

Publiée dans la revue Public Opinion Quaterly (en anglais), cette étude a passé au crible 126 spots de la campagne de 2008, tout bord confondu, et mesuré digitalement la couleur de la peau des deux candidats. Leur verdict est clair : plus la date de l'élection approchait, plus la peau de Barack Obama se noircissait dans les publicités du camp républicain, comme l'explique le Washington Post (en anglais).

Plus la peau est foncée, plus les stéréotypes sont renforcés

L'étude s'est également penchée sur les stéréotypes racistes qu'induisaient ces changements de pigmentations. Ainsi, plusieurs personnes ont été soumises à un test : on leur a présenté les photos de Barack Obama avec une peau plus ou moins claire, accompagnées d'un puzzle de lettre à compléter : C R _ _ _ et L A _ _.

A ceux à qui on a montré des photos de l'actuel président avec une peau claire, 33% d'entre eux ont complété les puzzles avec C R I M E et L A Z Y, soit "crime" et "paresse", deux stéréotypes racistes visant la communauté noire aux Etats-Unis. En revanche, chez ceux à qui on a montré des photos d'un Barack Obama foncé, ils étaient 45% à avoir complété le puzzle de cette façon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Présidentielle américaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.