Vidéo Etats-Unis : Trump renforcé ou affaibli par les violences de mercredi au Capitole ? L'analyse de notre spécialiste Thomas Snégaroff

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

L'envahissement du Capitole, à Washington, par les partisans de Donald Trump mercredi 6 janvier, marque-t-il un tournant pour la démocratie américaine ? L'actuel président sortira-t-il plus fort ou disqualifié de cet épisode ? L'analyse de l'historien spécialiste des Etats-Unis Thomas Snégaroff.

Ce qui s'est passé hier au Capitole, c'est sidérant mais ce n'est pas absolument inattendu. Avant même l'élection présidentielle, Donald Trump avait prévenu : "Si je perds, disait-il en substance, c'est que l'élection est truquée." Et il n'a cessé de tout tenter pour empêcher la victoire de son adversaire. On l'a encore vu en début de semaine avec un coup de pression sur le secrétaire d'État de Géorgie pour qu'il invalide les résultats dans cet État et qu'il ajoute par miracle 11 780 voix à Donald Trump. Hier, on a atteint un dernier stade, puisque dans son discours, il a dit à ses partisans d'y aller. Sa responsabilité personnelle est engagée, et cela pose la question de sa capacité à gouverner aujourd'hui. 

La grande question maintenant, c'est de savoir si Donald Trump sortira renforcé ou affaibli de ce qui est en train de se passer. Certains se disent que finalement, il sortirait peut-être renforcé à moyen terme et à long terme et aurait une voie royale pour 2024. Personnellement je pense plutôt que l'image de Donald Trump, est profondément marquée, meurtrie, flétire par ce qui s'est passé. Dans quelques années, ceux qui auront soutenu Trump dans ce processus de refus de la victoire de Biden seront un peu comme ceux qui ont voté la guerre en Irak en 2003. On leur répétera : "Vous avez soutenu Trump", comme on répète beaucoup à certains aujourd'hui : "Vous avez soutenu la guerre en Irak", sous-entendu : "Vous vous êtes trompés". Depuis hier, c'est encore plus important parce que les images sont extrêmement violentes, parce qu'il y a beaucoup de républicains qui sont des partisans de la loi et de l'ordre et qui restent tout de même attachés au symbole démocratique américain.

Et maintenant ?

Certains commencent à appeler soit à la destitution (mais cela va être très court en si peu de temps), soit à l'usage du 25e amendement. Cet amendement date de 1967 et il pose l'idée qu'il peut arriver que le président soit en incapacité de gouverner. Et ce 25ème amendement, on en parle beaucoup aux Etats-Unis aujourd'hui dans les médias américains. Le président pourrait être considéré comme incapable de gouverner parce qu'il est peut-être dangereux pour les Etats-Unis. Même s'il ne lui reste que 13 jours de pouvoir, il peut y avoir beaucoup de dommages en 13 jours. Et c'est le vice-président qui prendrait le pouvoir, Mike Pence qui s'est largement éloigné du président depuis quelques heures, en certifiant les résultats de la présidentielle et la victoire de Biden, et en appelant les manifestants à sortir du Capitole de manière assez assez virulente pour protéger cette enceinte sacrée.

L'histoire est en train de se faire aux Etats-Unis. Mais c'est vrai que l'on peut être inquiet pour l'évolution de la démocratie de ce pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.