Trump/Macron : leurs divergences sur l'Iran

Ce mardi 24 avril, Donald Trump ne s'est pas gêné pour rappeler qu'entre son homologue français et lui, il y a des nuances, en particulier sur le nucléaire iranien. Les deux chefs d'État sont cependant tombés d'accord sur la nécessité d'élaborer un nouvel accord.

France 3

C'est par une embrassade chaleureuse que Donald Trump accueille Emmanuel Macron à la Maison-Blanche ce mardi 24 avril. Les deux chefs d'État passent en revue les troupes américaines, et après la parade militaire, ils affichent leur complicité. Mais derrière cet accueil amical, la realpolitik reprend vite le dessus. S'agissant de l'accord iranien qu'Emmanuel Macron est venu défendre, Donald Trump, très vite, clôt le débat : "Les gens connaissent ma position sur l'accord iranien. C'est un accord horrible, insensé, ridicule. Ça n'aurait jamais dû se faire, mais on va en parler".

"Travailler sur un nouvel accord"

Deux heures d'entretien plus tard, Emmanuel Macron tente de sauver la face sur ce sujet brûlant : "Il n'y a pas de mystère pour dire que nous n'avons pas les mêmes positions de départ sur ce point, et ni vous ni moi n'avons pour tempérament ou habitude de changer de position avec le gré du vent (...) Nous souhaitons donc désormais pouvoir travailler sur un nouvel accord", a déclaré le chef de l'État. Pas d'avancées majeures sur l'Iran, et toujours aucune évolution concernant l'accord sur le climat, et les taxes douanières sur l'acier et l'aluminium que Donald Trump veut imposer à ses partenaires commerciaux. Ce soir, place au dîner d'État supervisé par Melania Trump : 130 invités sont conviés en l'honneur du couple Macron.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président américain Donald Trump et le président français Emmanuel Macron au Mont Vernon (Virginie), dans la propriété du premier président américain George Washington. Le 23 avril 2018.
Le président américain Donald Trump et le président français Emmanuel Macron au Mont Vernon (Virginie), dans la propriété du premier président américain George Washington. Le 23 avril 2018. (LUDOVIC MARIN/AFP)