"Trump a pris une décision absurde" : devant l'ex-ambassade américaine à Téhéran, les Iraniens craignent les conséquences sur leur quotidien

Plus que jamais depuis le rejet de l'accord nucléaire par Donald Trump, l'ancienne ambassade américaine à Téhéran symbolise les tensions entre les États-Unis et l'Iran, ainsi que l'a constaté vendredi l'envoyé spécial de franceinfo.

Une des caricatures sur les murs de l\'ex-ambassade américaine de Téhéran, en novembre 2014.
Une des caricatures sur les murs de l'ex-ambassade américaine de Téhéran, en novembre 2014. (MAXPPP)

Les relations entre l'Iran et les États-Unis sont sous tension depuis le retrait de l'accord sur le nucléaire décidé par Donald Trump. Au-delà des réactions politiques iraniennes, la rue, à Téhéran, juge sévèrement le président américain, ainsi que l'a constaté l'envoyé spécial de franceinfo, dans le quartier de l'ex-ambassade des États-Unis.

>>À lire aussi : un Parlement iranien très divisé après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire

Depuis longtemps, l'ambassade a été transformée en musée de "l'espionnage américain en Iran", mais le bâtiment reste le symbole, presque le cliché des tensions entre l'Iran et les Etats-Unis. C'est là qu'en 1979, en pleine révolution, des étudiants iraniens avaient pris en otage 52 diplomates et civils américains durant 444 jours. Aujourd'hui, les murs d'enceinte de l'ancienne ambassade sont parcourus de fresques anti-américaines. On y voit le dessin d'une statue de la Liberté avec une tête de mort et celui de la faucheuse faisant ses courses chez l'Oncle Sam.

Habituellement, les passants ignorent ces caricatures financées par le gouvernement iranien, mais aujourd'hui ils admettent volontiers que les relations avec l'Amérique n'ont peut-être jamais été aussi tendues depuis 1980, lorsque Washington avait rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran et imposé au pays un embargo commercial. "Ces relations sont terribles", estime une étudiante, jugeant que "Trump est fou".

En se retirant de l'accord sur le nucléaire, Trump n'a pas mis la pression sur les autorités iraniennes, mais sur des gens comme nous.Une étudiante à Téhéranà franceinfo

L'étudiante pressent que c'est le peuple qui sera touché, dit-elle, par les conséquences économiques. "On sera soumis à une pression encore plus forte. Je suis jeune. À mon âge, on a besoin d'espoir. Et là, on est sans espoir", confie la jeune Iranienne.  

Un rassemblement anti-Trump à Téhéran

C'est jour de prière, vendredi à Téhéran. Un événement souvent politique, et pas seulement religieux. Un rassemblement anti-Trump est prévu aujourd'hui dans la capitale iranienne. Mohamed, pompier, espère une forte mobilisation. Il doit travailler, mais s'il avait pu, assure-t-il, il serait allé manifester son mécontentement. "Trump a pris une décision absurde, dit-il. Si je pouvais, je participerais à ce rassemblement et je dirais: 'Mort à l'Amérique !'"Mohamed précise qu'il vise le gouvernement américain, mais pas son peuple. Les Iraniens sont plus souvent plus nuancés que leurs dirigeants. Ils expriment beaucoup de curiosité pour la société et la culture américaines.    

Les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis s'expriment dans la rue - le reportage de Franck Mathevon à Téhéran
--'--
--'--