Syrie : la menace de Donald Trump

48 heures après l'attaque présumée chimique en Syrie, la France continue de négocier pour faire voter une résolution auprès de l'ONU. Depuis le 5 avril une nouvelle voix se fait entendre, celle de Donald Trump.

FRANCE 2

Donald Trump est-il en train de faire volte-face sur la Syrie ? Deux jours après l'attaque présumée, le ton se durcit. Il devient presque menaçant. "Ces actes odieux commis par le régime de Bachar el-Assad sont intolérables. Des lignes ont été franchies, beaucoup de lignes, des lignes rouges. Et mon attitude envers Bachar el-Assad a beaucoup évolué", a déclaré Donald Trump, président des États-Unis. Juste avant l'ambassadrice américaine à l'ONU a elle aussi voulu marquer les esprits. Elle se lève et brandit des photos d'enfants syriens à ses homologues. "Leurs symptômes correspondent à des gaz neurotoxiques", dit-elle. L'objectif est de faire adopter une résolution à cette attaque imputée au gouvernement syrien. Elle fait planer une menace à peine voilée.

Vers une intervention unilatérale américaine en Syrie?

"Si les Nations unies échouent régulièrement à agir de façon collective, il y a des moments dans la vie des États où nous sommes obligés d'agir seuls", a indiqué l'ambassadrice américaine à l'ONU. Dans le viseur de Washington, la Russie, allié indéfectible de Damas qui réfute la culpabilité du régime, et accuse les rebelles. "Cette obsession du changement de régime en Syrie est ce qui entrave le travail du conseil de sécurité. À l'heure qu'il est nous ne voyons pas le besoin d'adopter cette résolution pour condamner le régime", précise Vladimir Safronkov, ambassadeur russe à l'ONU. Le changement de ton de Washington conduira-t-il à une intervention unilatérale américaine en Syrie ou s'agit-il d'un moyen de pression sur Moscou ? Un nouveau vote doit avoir lieu à l'ONU cet après-midi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Donald Trump participe aux célébrations pour l\'anniversaire de l\'indépendance de la Grèce, à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis), le 24 mars 2017.
Donald Trump participe aux célébrations pour l'anniversaire de l'indépendance de la Grèce, à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis), le 24 mars 2017. (CARLOS BARRIA / REUTERS)