Nucléaire iranien : les conséquences économiques du retrait américain

Les conséquences économiques du retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien inquiètent les autres pays signataires. La plupart des contrats avec l'Iran sont négociés en dollars, ce qui permet aux États-Unis d'appliquer des sanctions financières contre les groupes étrangers qui travaillent avec l'Iran.

France 2

L'accord de 2015 avec l'Iran a permis à de nombreuses entreprises de différents secteurs de signer d'importants contrats dans le pays. Le marché automobile, le pétrole et le gaz, les transports ou encore les infrastructures sont concernés. PSA allait investir en Iran 700 millions d'euros sur cinq ans. Airbus y vendrait 100 avions. Renault y produirait 300 000 voitures par an. Pour Total, c'était un accord gazier de 3,4 milliards d'euros.

La France dénonce un diktat américain

Tous ces contrats sont désormais compromis. Les États-Unis puniront toutes les entreprises qui feront des affaires avec l'Iran. Pour les grands groupes, c'est donc la douche froide. La France dénonce ce diktat américain. Le pétrole subit déjà les conséquences de cette dénonciation de l'accord. Les cours du brut s'envolent. Les marchés ne craignent pas la pénurie mais l'instabilité dans la région.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants protestent devant la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), après l\'annonce du retrait américain de l\'accord sur le nucléaire iranien, le 8 mai 2018.
Des manifestants protestent devant la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), après l'annonce du retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, le 8 mai 2018. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)