La Coupe du monde féminine de football a sa star avec Rapinoe la rebelle

Capitaine de l'équipe de football féminin des États-Unis, championne du monde pour la 4e fois dimanche 7 juillet, Megan Rapinoe n'hésite pas à fustiger la politique de Donald Trump. Portrait.

France 3

Quand l'hymne américain résonne, elle garde le silence. Main dans le dos et pas sur le cœur comme ses coéquipières, signe de protestation contre l'administration Trump, Megan Rapinoe est une rebelle. Entrée dans la légende en 2016 quand elle pose pour la première fois le genou à terre en soutien aux victimes afro-américaines de violences policières au nom justement des valeurs américaines. "Je suis pleinement, uniquement et profondément américaine, car je défends justement les idéaux de notre pays", affirme Megan Rapinoe.

Une star comme l'Amérique les aime

Attaquante de choc, auteure des deux buts contre la France en quarts de finale, elle est aussi combative sur un terrain de football que pour défendre les causes qui lui tiennent à cœur. Homosexuelle assumée, en couple avec une star de la NBA féminine, elle se bat contre l'homophobie et pour l'égalité salariale entre hommes et femmes, allant jusqu'à porter plainte contre la Fédération américaine de football. Pour les supporters, c'est une icône. Megan Rapinoe l'insoumise ne cache pas son mépris pour Donald Trump et a assuré qu'elle n'irait pas à la Maison-Blanche pour la réception en l'honneur de son équipe championne du monde dimanche 7 juillet. Détestée par Donald Trump mais adulée par la foule, Megan Rapinoe est devenue à 34 ans une joueuse de légende comme l'Amérique adore.

Le JT
Les autres sujets du JT
Megan Rapinoe fête son but face à la France, le 28 juin 2019, à Paris.
Megan Rapinoe fête son but face à la France, le 28 juin 2019, à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)