"Ils nous l'ont enlevée" : comment les républicains ont perdu leur "idole" Taylor Swift durant la campagne des "mid-terms"

En pleine campagne électorale, la chanteuse américaine s'est prononcée en faveur des candidats démocrates dans son Etat, le Tennessee. La prise de position de l'artiste, jusque-là très discrète sur ses opinions politiques, a fait l'effet d'une bombe.

La chanteuse américaine Taylor Swift, lors de la cérémonie des American Music Awards, le 9 octobre 2018 à Los Angeles, en Californie (Etats-Unis). 
La chanteuse américaine Taylor Swift, lors de la cérémonie des American Music Awards, le 9 octobre 2018 à Los Angeles, en Californie (Etats-Unis).  (KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le pic est net, sans précédent depuis les débuts de la campagne. Entre le 7 et le 10 octobre, plus de 364 000 Américains se sont inscrits sur vote.org, en vue des mid-terms, les élections de mi-mandat aux Etats-Unis, selon les chiffres communiqués par l'organisation à franceinfo. En trois jours, le site a recueilli presque deux fois plus d'inscriptions que sur l'intégralité du mois de septembre. Une "explosion" également repérée dans l'Etat du Tennessee, où plus de 13 000 personnes se sont inscrites en 72 heures, contre à peine 3 000 le mois dernier.

L'élection approche à grands pas et pousse de nombreux Américains à se mobiliser. Mais un autre facteur semble avoir joué. "Dieu merci, il y a Taylor Swift !", réagit auprès de BuzzFeed* Kamari Guthrie, directrice de la communication de vote.org. Le 7 octobre, la star de la pop a publié un message inédit sur Instagram, dans lequel elle soutient – pour la première fois – des candidats démocrates et appelle ses fans à aller voter le 6 novembre.

"Sortez de chez vous et allez voter"

"J'ai été jusqu'ici réticente à exprimer mes opinions politiques (...) mais je pense autrement désormais", explique Taylor Swift, forte de 112 millions d'abonnés sur Instagram, dans un long post. La jeune femme poursuit en défendant la lutte contre les discriminations liées au genre et à l'orientation sexuelle. Elle y dénonce un racisme "systémique" aux Etats-Unis et annonce au passage qu'elle votera dans le Tennessee pour Phil Bredesen au Sénat ainsi que pour Jim Cooper à la Chambre des représentants. Deux candidats démocrates. La représentante républicaine de son Etat, Marsha Blackburn, "ne représente PAS mes valeurs du Tennessee", souligne surtout l'artiste de 28 ans, qui a passé son adolescence dans cette région très conservatrice du sud des Etats-Unis.

Voir cette publication sur Instagram

I’m writing this post about the upcoming midterm elections on November 6th, in which I’ll be voting in the state of Tennessee. In the past I’ve been reluctant to publicly voice my political opinions, but due to several events in my life and in the world in the past two years, I feel very differently about that now. I always have and always will cast my vote based on which candidate will protect and fight for the human rights I believe we all deserve in this country. I believe in the fight for LGBTQ rights, and that any form of discrimination based on sexual orientation or gender is WRONG. I believe that the systemic racism we still see in this country towards people of color is terrifying, sickening and prevalent. I cannot vote for someone who will not be willing to fight for dignity for ALL Americans, no matter their skin color, gender or who they love. Running for Senate in the state of Tennessee is a woman named Marsha Blackburn. As much as I have in the past and would like to continue voting for women in office, I cannot support Marsha Blackburn. Her voting record in Congress appalls and terrifies me. She voted against equal pay for women. She voted against the Reauthorization of the Violence Against Women Act, which attempts to protect women from domestic violence, stalking, and date rape. She believes businesses have a right to refuse service to gay couples. She also believes they should not have the right to marry. These are not MY Tennessee values. I will be voting for Phil Bredesen for Senate and Jim Cooper for House of Representatives. Please, please educate yourself on the candidates running in your state and vote based on who most closely represents your values. For a lot of us, we may never find a candidate or party with whom we agree 100% on every issue, but we have to vote anyway. So many intelligent, thoughtful, self-possessed people have turned 18 in the past two years and now have the right and privilege to make their vote count. But first you need to register, which is quick and easy to do. October 9th is the LAST DAY to register to vote in the state of TN. Go to vote.org and you can find all the info. Happy Voting!

Une publication partagée par Taylor Swift (@taylorswift) le

L'élue, désormais candidate pour un siège au Sénat, "a voté contre l'égalité salariale entre les femmes et les hommes", argumente la chanteuse, avant d'aiguiser ses flèches. "Elle a voté contre la reconduction du Violence Against Women Act, qui vise à protéger les femmes contre les violences conjugales, le harcèlement et le viol par une connaissance. Elle est convaincue que les entreprises ont le droit de refuser de travailler pour des couples gays et qu'ils ne devraient pas se marier."

S'il vous plaît, informez-vous sur les candidats de votre Etat et votez pour celui ou celle qui porte le plus vos valeurs. Il faut voter (...) Mais d'abord, vous devez vous inscrire.Taylor Swiftdans un post Instagram

Deux jours plus tard, l'interprète des tubes Shake It Off, Bad Blood ou I Knew You Were Trouble renchérit, cette fois sur le plateau des American Music Awards, à Los Angeles (Californie). Sur scène, le prix d'artiste de l'année entre les mains, une Taylor Swift triomphante adresse sa récompense "au peuple, qui a voté pour tous ces prix". "Et vous savez pour quoi d'autre voter ? Pour les élections de mi-mandat, le 6 novembre prochain !, lâche dans un grand sourire la jeune artiste. Sortez de chez vous et allez voter – je vous aime."

Les républicains pris de court

Très vite, les réactions pleuvent. Les candidats démocrates promus par Taylor Swift, Phil Bredesen et Jim Cooper, ne se privent pas de la remercier pour son message. "Merci pour ces mots Taylor Swift. Je suis honoré d'avoir votre soutien", écrit Phil Bredesen sur Twitter. "Taylor Swift, merci d'encourager les Américains à aller voter", abonde Jim Cooper sur le réseau social.

"Quand nous avons vu son post, nous l'avons tout de suite relayé sur notre compte Twitter, se remémore Amanda Yanchury, directrice de la communication du Parti démocrate dans le Tennessee. C'était totalement inattendu. Pour nous, c'était l'opportunité parfaite de répandre une nouvelle fois le message des inscriptions sur les listes électorales." 

On a tout de suite sauté sur l'occasion. Cela nous a rendus très enthousiastes que Taylor Swift révèle pour qui elle allait voter. Amanda Yanchury, directrice de la communication des démocrates dans le Tennesseeà franceinfo

Une joie loin d'être partagée du côté des républicains et jusqu'au sommet de l'Etat fédéral. Le jour suivant la publication du message, le comité sénatorial républicain s'empresse de diffuser un communiqué de presse* particulièrement critique à son sujet. "Au cas où vous ne le sauriez pas, la pop star multimillionnaire Taylor Swift est descendue de sa tour d'ivoire pour dire aux habitants du Tennessee, qui travaillent dur, de voter pour Phil Bredesen", dénonce le comité, tout en critiquant ouvertement le candidat démocrate.

Mike Huckabee, ancien gouverneur de l'Arkansas et candidat à l’investiture républicaine pour les présidentielles de 2008 et 2016, a lui aussi pris part au débat. "Taylor Swift a tous les droits de devenir politique, mais cela n'aura pas d'impact sur les élections, sauf si nous autorisons des jeunes filles de 13 ans à voter", lâche le pasteur, figure du Parti républicain, sur Twitter. Un tacle visant directement la chanteuse qui compte bon nombre de jeunes parmi ses fans. 

Même Donald Trump s'y met. "Je suis sûr que Taylor Swift ne sait rien d'elle [Marsha Blackburn]. Disons que, désormais, j'aime moins la musique de Taylor", a taclé le président américain mardi, après avoir été interrogé sur le sujet. 

L'enfant chérie de "l'alt-right"

Un déluge de critiques qui tient à la notoriété de la chanteuse dans les rangs conservateurs. Depuis les débuts de sa carrière, Taylor Swift est particulièrement populaire chez les électeurs républicains. Née et élevée en Pennsylvanie, avant de s'installer dans le Tennessee, l'artiste "a toujours été integrée et soutenue par les habitants des Etats conservateurs", note l'hebdomadaire musical New Musical Express*.

"Sa musique chevauche à la fois la country, généralement plus conservatrice, et la pop, plus jeune et plus progressiste", analysent auprès de franceinfo Stephen Stambough et Valerie O'Regan, professeurs à la California State University et auteurs d'une étude sur l'influence politique des personnalités.

En prenant position, Taylor Swift peut inspirer certains fans, mais elle peut aussi s'aliéner d'autres admirateurs.Stephen Stambough et Valerie O'Regan, professeurs à la California State Universityà franceinfo

C'est précisément l'effet provoqué par son message auprès d'une frange extrémiste de ses fans, ceux se revendiquant comme nationalistes blancs. Sur le forum 4Chan, l'un des lieux d'expression de ces suprémacistes idolâtrant Taylor Swift, plusieurs messages d'indignation sont apparus dès la publication du message pro-démocrate de la chanteuse. "Elle n'est plus des nôtres", écrit l'un d'entre eux. "Ils nous l'ont enlevée et l'ont transformée en zombie sans cervelle", lance, ulcéré, un autre fan d'extrême droite, relève le magazine Rolling Stone*.

Car depuis plusieurs années, une part de la mouvance américaine "alt-right" considère la chanteuse comme sa "reine". La jeune femme est adulée car elle est blanche et issue d'un milieu conservateur du sud du pays. "Elle est une pure déesse aryenne", expliquait auprès de Vice* Andre Anglin, créateur d'un site suprémaciste blanc, en mai 2016. "C'est un fait établi que Taylor Swift est secrètement nazie. Elle attend simplement que Donald Trump lui permette de sortir du placard pour avouer ses idées aryennes au monde", assurait-il encore.

"Pour qui a voté Taylor Swift ?"

La violence de ces réactions provient aussi du caractère inédit de la démarche politique de l'artiste. Jusqu'à présent, Taylor Swift était l'une des rares pop stars à ne jamais prendre position pour un parti en période électorale. Et cela plaisait à ses fans conservateurs. "Il y a une crainte, parmi les républicains, que son message ait une portée encore plus importante, justement du fait de son histoire apolitique", analysent Stephen Stambough et Valerie O'Regan. 

La chanteuse s'était jusque-là toujours gardée d'émettre tout commentaire politique. En 2009, alors que l'Amérique vit un moment historique en élisant Barack Obama, Taylor Swift – déjà idole des adolescents – se dit simplement "très heureuse que ce soit [sa] première élection", dans un entretien à Rolling Stone*. Tout au plus se réjouit-elle de voir "un pays si heureux" après l'arrivée du démocrate à la Maison Blanche. Quatre ans plus tard, elle ne se prononce pas directement en faveur du premier président afro-américain des Etats-Unis. "Je ne parle pas de politique car cela pourrait influencer certaines personnes", justifie-t-elle auprès de Time*, en 2012. "Je suis une chanteuse de 22 ans et je ne sais pas si les gens veulent vraiment entendre mes opinions politiques, renchérit l'artiste sur un plateau de télévision. Ils veulent juste m'entendre chanter des chansons parlant de ruptures et de sentiments."

Cependant, dans le contexte de l'élection de Donald Trump, la discrétion de Taylor Swift passe mal. La star est souvent critiquée (par les démocrates) pour ne pas avoir ouvertement soutenu Hillary Clinton. Le 8 novembre 2016, jour de la présidentielle, elle poste une simple photo d'elle sur Instagram, accompagnée de la légende suivante : "C'est le jour J. Sortez et allez voter." Personne ne saura si elle a choisi le camp démocrate ou républicain. "Pour qui a voté Taylor Swift ?" est même l'une des questions les plus recensées sur Google ce jour-là, relève le Guardian*

"Il était impossible pour elle de rester silencieuse"

Mais dès les débuts de l'ère Trump, le ton change. Taylor Swift gagne en présence sur la scène politique. A travers son procès contre un animateur radio, qu'elle accuse d'agression sexuelle, l'artiste se pose en porte-parole des victimes d'abus sexuels. L'affaire marque un tournant dans son engagement public sur le sujet, relève Elle*. En décembre 2017, dans le sillage du mouvement #MeToo, la chanteuse fait partie des femmes et des hommes nommés parmi les "personnalités de l'année" par le magazine Time, pour avoir brisé le silence sur les violences sexuelles. Elle prend en parallèle position pour un contrôle accentué des armes à feu, soutenant la campagne "March For Our Lives", après la tuerie dans un lycée de Parkland (Floride).

Voir cette publication sur Instagram

No one should have to go to school in fear of gun violence. Or to a nightclub. Or to a concert. Or to a movie theater. Or to their place of worship. I’ve made a donation to show my support for the students, for the March For Our Lives campaign, for everyone affected by these tragedies, and to support gun reform. I’m so moved by the Parkland High School students, faculty, by all families and friends of victims who have spoken out, trying to prevent this from happening again.

Une publication partagée par Taylor Swift (@taylorswift) le

"Taylor explique dans son post que ces deux dernières années l'ont amenée à prendre position publiquement. Je pense que l'élection de Trump a été un tournant, explique à franceinfo Kate Stayman-London, auteure de l'article d'Elle sur le sujet et ancienne rédactrice pour la campagne d'Hillary Clinton. Je pense que, pour elle, il était impossible de rester encore silencieuse."

*Tous les liens indiqués par un astérisque renvoient sur des articles en anglais.