Huawei lance une contre-attaque en justice contre l'administration Trump

L’entreprise de téléphonie chinoise annonce mercredi qu'elle lance une action en justice contre le gouvernement américain, après l’interdiction d’achat de ses équipements aux Etats-Unis, signée par Donald Trump. Une interdiction que Huawei juge "anticonstitutionnelle".

Le responsable juridique de Huawei, Song Liuping (à gauche), et le président du groupe pour l\'Europe de l\'Ouest, Vincent Pang, en conférence de presse à Shenzhen, mercredi 29 mai 2019.
Le responsable juridique de Huawei, Song Liuping (à gauche), et le président du groupe pour l'Europe de l'Ouest, Vincent Pang, en conférence de presse à Shenzhen, mercredi 29 mai 2019. (HECTOR RETAMAL / AFP)

L'équipementier télécom chinois Huawei lance une offensive en justice contre l'administration de Washington, a annoncé l'entreprise mercredi 29 mai lors d'une conférence de presse au siège de Huawei, à Shenzhen.

Le directeur juridique de la firme soupçonnée d'espionnage par l’administration Trump, s'est adressé à la presse chinoise et étrangère. "Aujourd’hui, Huawei annonce avoir lancé une action en justice contre le gouvernement américain pour contester le caractère anticonstitutionnel de sa loi sur la défense nationale", a déclaré Song Liuping. "Le congrès américain a échoué à publier les preuves qui justifient ces interdictions contre les produits fabriqués par Huawei", a-t-il ajouté. 

Trois milliards de clients potentiellement touchés

Huawei part donc en guerre pour obtenir la levée de l'interdiction faite aux administrations fédérales aux États-Unis d'acheter ses équipements et services. Le référé est déposé devant un tribunal américain, a indiqué l'entreprise. 

Selon Huawei, l'interdiction américaine affecterait plus de 1 200 fournisseurs, et au bout de la chaîne, ce sont trois milliards de ses clients qui pourraient être touchés dans 170 pays. "Aujourd'hui c'est Huawei, mais demain ce pourrait être votre société qui pourrait être visée", prévient le groupe chinois qui veut sortir du bras-de-fer qui l'oppose à Washington.

Reportage de Dominique André
--'--
--'--