Cet article date de plus de trois ans.

Etats-Unis : que veut dire le drapeau jaune avec un serpent à sonnette brandi par des pro-Trump lors de l'intrusion au Capitole ?

Parmi les nombreux drapeaux brandis par les pro-Trump à Washington, le Gadsgen Flag, régulièrement utilisé par la mouvance d’extrême droite.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Des supporters de Donald Trump marchent vers le Congrès des Etats-Unis à Washington, le 6 janvier. Parmi les drapeaux, le "Gadsgen Flag". (TASOS KATOPODIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA VIA AFP)

L’image est frappante : des centaines de partisans de Donald Trump envahissent le Capitole, où siège le Congrès, pendant la session qui devait certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine, mercredi 6 janvier. Dans la foule, on peut distinguer des drapeaux, par centaines, flottant dans les airs. Entre quelques bannières des États confédérés d'Amérique et les étendards "Trump 2020", on aperçoit un drapeau jaune sur lequel on distingue un serpent à sonnette, avec son hochet menaçant et son slogan provocateur : "Don't tread on me" (ne me marche pas dessus).

>> Suivez en direct les réactions au lendemain de l'intrusion dans le Capitole

Ce n’est pas la première fois que l’on peut observer l’apparition de ce drapeau chez les partisans de Donald Trump, ni dans les milieux de la droite américaine, mais que signifie-t-il ? On vous explique.

D'où vient ce drapeau ?

À l'origine, le serpent à sonnette est dessiné de la main de Benjamin Franklin, l'un des Pères fondateurs des États-Unis. Le 9 mai 1754, il publie une caricature dans les colonnes de la Pennsylvania Gazette. Sur le dessin d'origine, le serpent est découpé en plusieurs morceaux, représentant les 13 colonies. En dessous est écrit : "Join, or Die" (s'unir ou périr). À travers cette caricature, Benjamin Franklin souhaite bousculer les consciences, prônant l'importance de l'unité coloniale.

Dessin "Join or Die' publié par Benjamin Franklin en 1754 dans la "Pennsylvannia Gazette". (DOMAINE PUBLIC VIA WIKIMEDIA COMMONS)

À l’aube de la Révolution américaine, le serpent à sonnette est redessiné en 1775 par le colonel Christopher Gadsden, de Caroline du Sud, qui en fait un drapeau (d’où son nom Gadsden Flag). La devise "Don’t tread on me" (littéralement "ne me marche pas dessus") y est ajoutée.

Comment est-ce devenu un symbole ?

Pendant la Révolution américaine, le serpent devient l’un des principaux symboles des colonies qui se révoltent contre la couronne britannique. Le drapeau de Gadsden devient ainsi l’étendard de la Continental Navy, la marine des révolutionnaires américains fondée par le général George Washington.

Drapeau dessiné par le colonel Christopher Gedsden en 1775, conservé au musée de Charlotte (Caroline du Sud).  (CHARLOTTE MUSEUM)

Le serpent est ensuite repris sur le drapeau des Culpeper Minutemen, une milice de Virginie qui s’illustre dans le combat contre les colons britanniques. Et le Gadsden Flag est considéré comme le drapeau de la Révolution américaine, jusqu’au moment où, juste après la déclaration d’indépendance en 1776, le Congrès des Etats-Unis choisit le Stars and Stripes comme emblème de la jeune république, en juin 1777.

Le drapeau va alors plus ou moins sombrer dans l’oubli, au rayon des symboles un peu poussiéreux du patriotisme américain. En 1976, pour le bicentenaire de la Révolution américaine, l'US Navy décide d’en faire un de ses étendards. Idem en 2001, après l’attaque du 11-Septembre, où le slogan "Ne me marche pas dessus" reprend tout son sens.

Comment a-t-il été récupéré par l’extrême droite ?

Le Gadsden Flag est devenu très controversé depuis quelques années. Longtemps très ambigu, il est récupéré par les libéraux et les libertariens du Tea Party, qui en font une utilisation politique. Ce mouvement contestataire de l'Amérique blanche, né en 2009 au début de la présidence Obama, est opposé à l'Etat fédéral et aux impôts. Pour eux, le gouvernement américain est devenu l'oppresseur menaçant les libertés de ses propres citoyens.

Une manifestation anti-impôts du mouvement Tea Party à Washington, en avril 2015. (ALEX OGLE / AFP)

Le drapeau de Gadsden est aussi brandi par les sympathisants et militants pro-armes de la NRA (National Rifle Association), et par des militants d'extrême droite. En 2014, Jerad et Amanda Miller abattent trois personnes à Las Vegas avant de se donner la mort. Une des victimes est recouverte d'un drapeau jaune au serpent, et d'un svastika. En 2014, un salarié noir de la poste dépose une plainte pour discrimination raciale de la part d'un de ses collègues. Celui-ci portait ostensiblement une casquette avec l'insigne au serpent et le "Don't tread on me". Une commission, la Equal Employment Opportunity Commission, est saisie. Elle relève que "bien que le drapeau de Gadsden soit né dans un contexte non racial, il a depuis été interprété comme véhiculant des messages à caractère raciste dans certains contextes, y compris son utilisation par des personnes associées à des groupes suprémacistes blancs".

Cette évolution fait que même la très conservatrice chaîne Fox News en vient à se demander si le drapeau au serpent et son slogan rageur n'est pas devenu "un symbole raciste". 

Le serpent à sonnette sur fond jaune apparaît récemment chez les Américains qui s'opposent aux restrictions imposées par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19. Et il trouve tout naturellement sa place dans les meetings et les manifestations, brandi aux côtés de drapeaux "Trump 2020".

Mais le Gadsden Flag, drapeau patriotique, n'apparaît pas que dans le champ politique. Repris dans la culture populaire, on a pu le retrouver dans un épisode des Simpson, dans le jeu vidéo Assassin's Creed, ou encore dans l'album The Black Album du groupe Metallica dont une des chansons tire son titre du slogan Don't tread on me. Pour autant, les membres du groupe sont toujours restés très évasifs sur la signification qu'ils lui accordaient.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.