Etats-Unis : quatre questions sur l'inculpation de Donald Trump dans l'affaire des archives de la Maison Blanche

Le milliardaire républicain est le premier ex-président américain à être inculpé au pénal par la justice fédérale.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
Donald Trump, à l'entrée du palais de justice pénal de Manhattan, à New York, le 4 avril 2023. (ED JONES / AFP)

Donald Trump a pris les devants. Le milliardaire républicain, candidat à un nouveau mandat présidentiel, a annoncé lui-même, jeudi 8 juin, avoir été inculpé par la justice fédérale américaine, une première historique pour un ancien président des Etats-Unis. L'ancien locataire de la Maison Blanche est poursuivi pour avoir conservé des archives présidentielles, en violation des lois américaines. L'acte d'inculpation, rendu public vendredi, comporte 37 chefs d'accusation, dont "rétention illégale d'informations portant sur la sécurité nationale", "entrave à la justice" et "faux témoignage". Le scandale sans précédent soulève plusieurs questions.

Que révèle l'acte d'accusation sur le contenu des documents confidentiels conservés ?

Donald Trump est accusé d'avoir conservé des documents confidentiels, dont certains contenant des secrets militaires et nucléaires, après son départ de la Maison Blanche. L'acte d'accusation contre l'ancien président comporte 44 pages. On y apprend que les papiers classifiés conservés par l'ex-président concernaient des renseignements très sensibles. Ils contiennent entre autres des informations sur les programmes nucléaires des Etats-Unis, la capacité de défense et d'armement américaine et d'autres pays, les vulnérabilités potentielles des Etats-Unis et de leurs alliés face à une attaque militaire, et les plans de représailles possibles en réponse à une attaque étrangère.

Où se trouvaient ces documents gardés par Donald Trump ?

L'ancien président a stocké des boîtes de documents classifiés dans diverses pièces de sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride. Des documents ont été retrouvés dans son bureau, sa chambre, un débarras donnant sur sa piscine, une salle de bain, une salle de bal et... sa douche, révèle l'acte d'accusation.

Ils étaient conservés en toute illégalité et de surcroît, en total mépris des mesures de sécurité nécessaires à des documents si sensibles. Une photo reproduite dans l'acte d'accusation montre des piles de boîtes derrière des toilettes, dans une grande salle de bain.

Lors d'une brève allocution télévisée, le procureur spécial chargé de l'enquête, Jack Smith, a rappelé que "les lois sont les mêmes pour tous" et que celles qui "protègent les informations liées à la défense nationale sont essentielles". Bafouer ces lois "met notre pays en danger" a-t-il asséné, en demandant un "procès rapide" pour l'ancien président.

Quelles sont les répercussions de cette inculpation sur la campagne présidentielle ?

Donald Trump n'a pas laissé planer le doute. Le milliardaire républicain a d'emblée écarté l'idée qu'il pourrait jeter l'éponge face aux inculpations dont il fait l'objet. L'ancien président entend bien retrouver son ancien poste en 2024. Les procureurs espèrent eux qu'il sera jugé avant que les électeurs américains ne se rendent aux urnes. En cas de nouvelle victoire électorale, le tempétueux milliardaire aurait la possibilité de se gracier lui-même, ce qui pourrait déclencher une crise constitutionnelle sans précédent. 

Quant à ses concurrents à l'investiture du parti républicain, aucun n'a osé s'engouffrer dans la brèche. Frileux de se mettre à dos les fervents partisans de l'ex-président, son ancien vice-président, Mike Pence, et le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, se sont donc contentés de crier à l'injustice à ses côtés.

Où en sont les autres affaires dans lesquelles Donald Trump est impliqué ?

Donald Trump fait également l'objet d'une enquête fédérale pour son rôle dans l'assaut contre le Capitole, le 6 janvier 2021. Certains médias américains, à l'instar du New York Times, avancent que l'ex-président pourrait aussi être inculpé pour extorsion en Géorgie, en raison de possibles tentatives de renverser les résultats de l'élection présidentielle de 2020 dans cet Etat du sud du pays.

En avril 2023, la justice de l'Etat de New York avait déjà inculpé le milliardaire, pour fraudes comptables, dans le cadre d'un paiement en 2016 à une actrice de films X, Stormy Daniels, pour qu'elle taise une éventuelle liaison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.