Etats-Unis : plusieurs policiers du Capitole portent plainte contre Donald Trump pour l'assaut du 6 janvier 2021

La plainte a été déposée jeudi devant un tribunal de Washington par un collectif d'avocats défenseurs des droits humains.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers devant le Capitole à Washington (Etats-Unis), le 8 janvier 2021. (STRINGER / SPUTNIK / AFP)

Nouvelle plainte visant l'ancien président américain. Sept membres de la police du Capitole ont porté plainte, jeudi 26 août, contre l'ex-président Donald Trump et des groupes extrémistes, les accusant d'être directement responsables de l'assaut meurtrier contre le siège du Congrès américain à Washington le 6 janvier 2021.

La plainte a été déposée devant un tribunal de Washington par un collectif d'avocats défenseurs des droits humains, au nom de sept policiers qui ont affronté les manifestants. Elle vise l'ex-président, son organisation de campagne pour la présidentielle, Roger Stone (un proche de Donald Trump), les groupes d'extrême droite Proud Boys, Oath Keepers et Three Percenters, ainsi que plusieurs de leurs responsables.

"Leurs vies ont été menacées"

Ils sont accusés d'avoir "illégalement utilisé la force, l'intimidation et les menaces pour empêcher le Congrès de certifier les résultats" du scrutin présidentiel. Les policiers chargés de protéger le Congrès "ont été violemment attaqués, ont reçu des crachats, ont été aspergés de gaz lacrymogène et de répulsif anti-ours, ont subi des insultes racistes et leurs vies ont été menacées", détaille la plainte. 

L'ancien hôte de la Maison Blanche est déjà visé par une plainte d'élus démocrates pour sa responsabilité présumée dans cet attaque qui a fait vaciller pendant quelques heures la démocratie américaine. Donald Trump a toujours refusé de reconnaître sa défaite, dénonçant des fraudes massives, une accusation qui n'a jamais été vérifiée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.