Présidentielle américaine : ces retraitées attendent de Trump qu'il rende ses couleurs à la Floride

La Floride est l’un des Etats qui a fait basculer l’élection présidentielle américaine. Après deux mandats démocrates, le "Sunshine State" a de nouveau voté républicain et a choisi Donald Trump.

Bureau de vote à Crawfordville, en Floride, le 8 novembre.
Bureau de vote à Crawfordville, en Floride, le 8 novembre. (MARK WALLHEISER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

L’élection présidentielle américaine s’est en partie jouée dans la baie de Tampa, dans le centre de la Floride, là où démarre l’Interstate 4, une autoroute qui coupe l’Etat en deux. Cette région, qui avait voté Obama lors des deux dernières élections, a cette fois largement choisi Trump, avec une avance de près de 200 000 voix.

Les retraités touchés de de plein fouet par la crise

Dans le QG républicain de la ville de Saint Petersburg, un petit local qui ne paie pas de mine, trois femmes tiennent la permanence, ce jeudi 10 novembre. Charlotte, Betty et Rose sont trois jeunes retraitées. Elles expliquent qu’elles ont vu leur ville changer ces dernières années. Charlotte dresse un triste bilan : "Je vois bien plus de gens dans les rues qui font la manche, et les classes moyennes se sont appauvries".

Comment la Floride a basculé ? Le reportage de d'Alice Serrano
--'--
--'--

En 2008, cette région cossue a été touchée de plein fouet par la crise des subprimes. Les charmantes villas qui bordent l’océan ont perdu la moitié de leur valeur, et 140 000 emplois ont disparu en un an. Charlotte n’a pas été épargnée par la crise. Son mari était le numéro 2 d’une société qui employait plus de 600 personnes, il a été licencié. "Aujourd’hui, mon mari n’a toujours pas de travail… Vous savez, c’est vraiment dur, mon train de vie a radicalement changé", raconte Charlotte la voix chargée d’émotion.

Je ne veux pas me plaindre mais ma vie est vraiment différente !Charlotte retraitée de Floride

Et Charlotte, sexagénaire tirée à quatre épingles, a le sentiment d’avoir été déclassée. Elle en veut beaucoup à Barack Obama qui, selon elle, n’a pas su comment créer des emplois privés qualifiés : "Seuls les fonctionnaires l’intéressent… Mais vous savez, les gens ne veulent pas qu’on les prenne par la main. Ils veulent pouvoir travailler pour subvenir aux besoins de leur famille" s’exclame- t-elle un peu excédée.

C’est aussi ce que ressent Betty, également retraitée, les cheveux courts, le regard franc. Comme beaucoup d’autres, elle a choisi la Floride pour profiter de sa retraite, mais elle a été de désillusions en désillusions. "Nos retraites ont été réévaluées de 0,3 point cette année, ça fait à peu près 5 dollars. Avec l’inflation ça ne vaut plus rien ! Maintenant, quand vous faites les courses, vous recherchez les promotions : un gratuit pour un acheté !", raconte-elle avant de lâcher un soupir.  

Vous regardez vos factures d’électricité, d’eau et de gaz augmenter... Mais pas le montant de vos retraites !Betty, retraitée de Floride

C’est pour cela que Betty, touchée durement par la crise, a voté pour Donald Trump. L’homme d’affaire l’a convaincue et lui a donné de l’espoir : "C’est un entrepreneur et ce n’est que par la force du travail qu'il a construit son empire toutes ces années. Il a créé beaucoup d’emplois !

Charlotte, Betty et Rose attendent beaucoup de Trump aujourd’hui. Pour ces trois retraités, il va redynamiser l’économie et redonner de sa superbe au pays. Elles ont confiance en lui, comme elles disent, il l’a promis.