A la Maison Blanche, Obama et Trump jouent la transition apaisée

Le président en exercice et son successeur ont échangé pendant une heure et demie.

Le président élu, Donald Trump, et le président en exercice, Barack Obama, le 10 novembre 2016 à Washington (Etats-Unis).
Le président élu, Donald Trump, et le président en exercice, Barack Obama, le 10 novembre 2016 à Washington (Etats-Unis). (SIPANY / SIPA)

C'est une image longtemps inimaginable. Assis côte à côte dans le Bureau ovale, Barack Obama et son successeur Donald Trump se sont efforcés, jeudi 10 novembre, de mettre de côté des mois de campagne acrimonieuse"Monsieur le président, c'était un grand honneur d'être avec vous", a déclaré sur un ton très posé, presque intimidé, le républicain élu mardi après avoir largement mené sa campagne sur une rhétorique incendiaire.

L'extravagant milliardaire populiste, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, s'est dit impatient de recevoir les conseils de celui qu'il avait qualifié de "président le plus ignorant de l'histoire". Barack Obama a évoqué de son côté "une excellente conversation" avec celui dont il a dit, il y a quelques jours, qu'il représentait une menace pour la démocratie américaine. "Nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour vous aider à réussir", a-t-il ajouté à l'issue de ce tête-à-tête de 90 minutes.

Une rencontre "un peu moins étrange que ce à quoi certains s'attendaient"

Les deux hommes, qui se sont serré la main après s'être exprimés devant les journalistes, n'ont répondu à aucune question. Mais ils ont plaisanté au moment où la presse quittait la pièce : "une bonne règle: ne répondez pas aux questions quand ils commencent à crier", a dit en souriant Barack Obama, se penchant pour donner une petite tape sur le bras de l'homme d'affaires new-yorkais.

Le tribun populiste de 70 ans, qui sera le plus vieux président à entrer à la Maison Blanche, n'a jamais occupé de fonction élective. Interrogé sur l'atmosphère dans le Bureau ovale, Josh Earnest, porte-parole de Barack Obama, a affirmé que la rencontre avait été "un peu moins étrange que ce à quoi certains s'attendaient".

Donald Trump s'est ensuite rendu sur la colline du Capitole pour rencontrer les deux hommes qui seront chargés de transformer en lois le programme du 45e président américain : Paul Ryan, président de la Chambre des représentants, et Mitch McConnell, chef de la majorité du Sénat. Les chefs du Congrès n'avaient pas caché leurs réserves face au candidat Trump, mais ils ont chacun promis de travailler main dans la main avec le prochain locataire de la Maison Blanche, notamment pour abroger la réforme Obama du système de santé. "Nous allons faire des choses spectaculaires pour les Américains, j'ai hâte de commencer. Franchement, dès que possible", a déclaré Donald Trump.